Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Haiti-Refondation.org

MARTELLY SE PRÉPARE DÉJÀ À DISSOUDRE LE PARLEMENT

27 Août 2013, 14:02pm

Publié par haiti-refondation-org

Une quinzaine de décrets seraient déjà élaborés, dans la perspective d’une dissolution du parlement...

Le président du sénat de la République d’Haïti, Dieuseul Simon Desras, dénonce un éventuel projet de l’administration Martelly/Lamothe, de dissoudre le parlement haïtien en janvier 2014 « de façon arbitraire et inconstitutionnelle ».

Desras s’exprimait, ce lundi 26 août 2013, sur la station de radio privée Vision 2000.

Une quinzaine de décrets seraient déjà prêts au niveau du palais national, siège de la présidence, pour permettre au président Joseph Michel Martelly de diriger le pays, après s’être débarrassé du parlement, signale-t-il.

Dieuseul Simon Desras évoque aussi un décret-loi électoral, qui aurait été préparé avec le concours de l’Organisation des États américains (Oea).

Avec ce document, Martelly aurait pour dessein d’intégrer le vote électronique dans le processus électoral et de rafler le scrutin avec les numéros de cartes électorales, obtenus dans le cadre du programme Ti manman cheri.

Du coup, Martelly n’aurait aucune intention de transférer le projet de loi, préparé par le conseil électoral et qui attend, depuis près de deux mois, dans les couloirs de son administration.

Fustigeant l’intention de Martelly de diriger le pays par décrets, le président du sénat affirme qu’en Haïti « il n’y a plus de place pour les tyrans, les dictateurs et les tortionnaires ».

Pour le contrer, Desras compte sur ses pairs, incluant les sénateurs pro-Martelly, à l’image de Wenceslass Lambert, frère de Joseph Lambert, ancien sénateur et actuel conseiller de Martelly.

Dieuseul Simon Desras - qui dit compter, dans ses rangs, certains « blancs » (membres de la "communauté internationale’’) - croit qu’aucun sénateur n’est prêt à négocier son mandat, ni à participer dans la dissolution du parlement haïtien, sous peine d’être jugés pour crime de haute trahison par ce même sénat.

Constitué normalement de 30 membres, élus pour 6 ans, le sénat haïtien fonctionne actuellement avec 20 sénateurs. Le mandat de 10 autres devrait arriver à terme le deuxième lundi du mois de janvier 2014, suivant un article de la loi électorale de 2008 contraire aux prescrits de la Constitution.

Le mardi 2 juillet 2013, 16 sénateurs sur 18 présents ont voté pour la modification de certains articles de la loi électorale de 2008, laquelle vise à porter régulièrement la fin du mandat (de 10 sénateurs élus en 2009) au deuxième lundi de janvier 2015.

Un vote, qui a suscité beaucoup de protestations chez les partisans de l’actuelle administration politique.

La chambre des députés a abondé, le 19 août 2013, dans le même sens que le sénat, dans un vote (dans les mêmes termes que les sénateurs) contesté par les députés proches de Martelly.

Desras affirme miser sur la population, qu’il appelle à rester vigilante pour sauvegarder les acquis démocratiques, en empêchant le retour, dans le pays, de dictateurs, de persécuteurs politiques et de violateurs des droits humains.

Il invite Martelly à cesser sa bataille d’orgueil qui ne le mènera nulle part.

Selon lui, cette bataille d’orgueil ne permet pas aux avocats d’exercer librement leur métier dans le pays, comme le cas de Me André Michel qui a des vues et positions contraires à celles du gouvernement du prmier ministre Laurent Salvador Lamothe.

Dieuseul Simon Desras cite, entre autres, plusieurs cas d’arrestations arbitraires, effectuées par l’actuelle administration politique, notamment celles d’Enold Florestal qui a porté plainte, en août 2012, contre l’épouse du président, Sophia Saint-Rémy, et leur fils, Olivier Martelly, pour corruption et usurpation de fonction.

Desras assimile ces actes du gouvernement à des persécutions politiques.

Assimilant à de la démagogie le dernier discours de la présidence, le président du sénat critique le manque de volonté de Martelly d’organiser des élections dans le pays.

http://www.alterpresse.org/spip.php?article15040


 

MARTELLY SE PRÉPARE DÉJÀ À DISSOUDRE LE PARLEMENT

Commenter cet article

adenoid removal 31/03/2014 10:21

Simon Dieuseul Desras the President of the Senate of the Republic of Haiti made a proposal on dissolving the parliament of Haiti in the beginning of this year. Since most of the members opposed it, he had to withdraw that proposal.

Garry 27/08/2013 17:38

oui je suis d'accord avec l'abolition du parlement, car ces parlementaires ne travaillent pas dans l'intérêt du peuple Haïti,