Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Haiti-Refondation.org

Le scandale du président du CEP contesté, Josué Pierre-Louis,

5 Décembre 2012, 12:01pm

Publié par haiti-refondation-org

Le parquet de connivence avec les avocats de Josué Pierre-Louis, selon l’accusation

P-au-P --- Les avocats de la présumée victime de viol de la part du président contesté du conseil électoral, Josué Pierre-Louis, accusent le parquet près le tribunal civil de Port-au-Prince de prendre parti en faveur de la défense, dans une interview accordée à AlterPresse.

Le parquet, qui n’a toujours pas envoyé le dossier en instruction, aurait communiqué des documents du dossier de l’accusation aux avocats de Josué Pierre-Louis, ancien ministre de la justice ayant démissionné à la suite de l’arrestation (en octobre 2011) du député en fonction Arnel Bélizaire.

Une copie du certificat médical de la présumée victime a été envoyée à la partie adverse, confirme à AlterPresse André Michel, un des avocats de la plaignante.

« C’est très mauvais pour la victime. Il y a une main politique, qui ne veut pas qu’elle obtienne justice. Une tentative de bâillonnement de la justice est en cours », déplore, avec « véhémence et force », André Michel.

L’original de ce document a été envoyé au parquet du tribunal civil de Port-au-Prince, en fin de matinée du vendredi 30 novembre 2012.

Mais, moins de 24 heures après, les avocats de Josué Pierre-Louis l’avaient en leur possession, selon André Michel.

Contacté par AlterPresse, le commissaire du gouvernement Lucmane Delille requiert le silence et promet de tenir une conférence de presse, ce mardi 4 décembre 2012, pour faire la lumière sur le dossier.

Selon la procédure, la communication de dossiers entre les deux parties concernées ne peut pas se faire avant le procès.

Cette affaire de viol, qui implique un haut responsable du pouvoir en place - devenu secrétaire général du palais national après sa démission comme ministre de la justice, puis représentant du pouvoir exécutif à un organisme électoral installé dans des conditions irrégulières (cf. http://www.alterpresse.org/spip.php..., http://www.alterpresse.org/spip.php...) - n’est même pas encore transférée au cabinet d’instruction.

Ce que souhaitent les avocats de la victime.

 http://www.alterpresse.org

Viol, la présumée victime de Me Josué Pierre-Louis donne sa version des faits

« Mon nom est Marie-Daniel Bernardin. Je travaille au ministère de l’Intérieur. Je suis l’assistante du président du Conseil électoral, Me Josué Pierre-Louis. J’ai accès à son bureau pour assurer les suivis de ses dossiers.

Il voulait que je devienne son amante. Je lui ai toujours dit que cela n’était pas possible parce que j’ai un petit ami. Il avait l’habitude de me harceler … Chez lui, il m’a battu avant de me violer…» Au bureau de l’organisation de défense des droits de la femme, Sofa, vendredi au cours d’une conférence de presse, la présumée victime de viol nie catégoriquement avoir eu auparavant une relation sentimentale et sexuelle avec Me Josué Pierre-Louis, président du CEP contesté. Elle soutient avoir été battue puis violée par l’ancien ministre de la Justice. Sa version des faits:

« C’est un de mes amis qui m’avait présentée à Me Josué Pierre-Louis au début du mois d’août. Il m’a posé des questions sur ce que je fais dans la vie. C’est ainsi qu’il a appris que je ne travaillais pas. Deux semaines après, il m’a décroché un contrat au ministère de l’Intérieur comme consultante. Par la suite, je lui ai dit que j’aurais aimé trouver autre chose que consultante. Il m’a demandé de devenir son assistante au CEP, mais c’est le ministère de l’Intérieur qui allait continuer de me payer… », a raconté Marie-Daniel Bernardin, assise sur une chaise le dos tourné aux caméras des journalistes pour ne pas être filmée.

« Me Josué Pierre-Louis était un ami pour nous. On avait l’habitude d’organiser chez lui des fêtes auxquelles prenaient part ses amis sénateurs…. », a raconté Marie-Daniel Bernardin laissant croire aux journalistes qu’elle n’était pas la seule au CEP à avoir l’habitude d’aller chez Me Josué Pierre-Louis.

« Vendredi dernier, Me Josué Pierre-Louis m’a donné son téléphone afin de télécharger pour lui certains programmes… », a-t-elle dit. Avec l’autorisation de l’ancien ministre de la Justice, la jeune femme s’est rendue à la compagnie de téléphonie mobile Digicel pour finaliser certains téléchargements. « Après, il m’a demandé pourquoi tu m’as fait ça ? Je lui ai répondu, qu’est-ce que j’ai fait ? C’est alors qu’il m’a dit que ma photo était sur son téléphone et qu’il ne la voyait plus… »

Marie-Daniel Bernardin lui a effectivement avoué que c’est elle qui a effacé la photo. Ce que Me Pierre-Louis n’a pas digéré, selon les explications de la présumée victime de viol. « Il n’était pas content. Il a dit qu’il pouvait appeler le parquet, parce que, selon lui, il ne savait pas si j’avais pris d’autres informations. J’ai compris qu’il était furieux. Il pensait que je pouvais rendre publique d’autres photos qu’il avait sur son téléphone. »

Tout ceci s’est passé dans la journée du vendredi. Nous sommes maintenant samedi. Marie-Daniel Bernardin poursuit avec sa version des faits. Le CEP vient d’offrir un Iphone à Me Pierre-Louis et ce dernier a demandé à sa directrice financière d’appeler la jeune dame pour qu’elle puisse lui donner un coup de main avec son nouvel appareil. Ce que Marie-Daniel Bernardin indique avoir fait. Et c’est aussi elle qui est allée déposer le téléphone chez le président du CEP dans l’après-midi qui n’était pas présent à ce moment-là.

Nous sommes maintenant le lundi matin 26 novembre 2012, c'est l’heure de se rendre au travail. La voiture de Marie-Daniel Bernadin est tombée en panne et elle a appelé son patron, Me Josué Pierre-Loui, pour passer la prendre chez elle. Ce que l’accusé a fait après une petite réflexion, toujours selon les explications de la dame.

Dans sa voiture, Me Pierre-Louis a encore demandé à Marie-Daniel Bernadin de lui télécharger certains programmes…Dans l’après-midi, le président du CEP a demandé à la présumée victime de viol si elle avait besoin qu’on la raccompagne chez elle. Et c’est encore l’ancien ministre de la Justice qui a raccompagné Bernardin. « A mon grand étonnement, je voyais que c’était lui qui était au volant. Je lui ai demandé où est son chauffeur. Il m’a répondu que ce dernier n’était pas disponible… »

Le président du CEP a volontairement évité la route conduisant à la maison de la dame et s’est mis en direction de sa résidence, a souligné Marie-Daniel Bernardin. « J’avais compris qu’une fois arrivé chez lui, il demanderait à son chauffeur de me raccompagner chez moi… »

Arrivé chez lui, Me Josué Pierre-Louis a demandé à la dame de terminer certains téléchargements sur son téléphone. La dame a accepté. « Je me suis assise dans un bureau près de sa chambre pour faire le travail. Après une trentaine de minutes, il m’a demandé si j’avais terminé. Puis, il s’est approché de moi et commençait à détacher mon corsage. Je lui ai demandé quel était son problème. C’est alors qu’il m’a giflée. Il m’a accusée d’avoir transféré sur mon téléphone des informations venant du sien. Il m’a à nouveau giflée et m’a poussée jusqu’à sa chambre… »

Une fois dans la chambre, l’homme de loi continuait à bastonner la dame. Du moins, c’est ce qu’elle a dit à la presse. Pour prouver qu’elle n’avait pas volé des informations sur le portable de Me Pierre-Louis, Marie-Daniel Bernardin a indiqué qu’elle lui a laissé voir tout ce qu’elle avait sur son téléphone. « Tranquillement sur son lit, il regardait ce que j’avais sur mon téléphone tout en commandant un thé que lui a apporté une dame qui travaille chez lui alors que je pleurais dans un coin. Je ne sais pas si la dame m’avait remarquée… »

« Ensuite, il m’a encore frappée. Je ne voulais pas aller sur son lit. Il m’a poussée et m’a enlevé mes vêtements, a pris un préservatif, l'a enfilé et il m’a violé… », a déclaré Marie-Daniel Bernardin.

Après avoir été violée, la jeune dame a indiqué à la presse qu’elle partit en pleurant. En sortant, elle voyait des agents de sécurité de la maison de Me Pierre-Louis. Une fois arrivée chez elle, Me Pierre-Louis l'appelée. « Il m’a appelée plusieurs fois… », a-t-elle révélé.

Selon Marie-Daniel Bernardin, mercredi, pour étouffer l’affaire, l’un des avocats de Me Pierre-Louis, Me Reynold Georges est venu parlementer avec elle. « Ensuite, Me Osner Févry m’a appelée, lui, au moins, il m’avait demandé de lui expliquer ce qui s’était passé… », a dit la jeune dame.

Le président du CEP lui aurait proposé 300 mille dollars et un poste à l’étranger. « Je ne suis pas là pour réclamer un dédommagement ni quoi que ce soit. Ce jour là, Me Josué Pierre-Louis n’avait aucun sens ni conscience, j’aimerais que, au moins, on lui permet de retrouver sa conscience afin qu’il ne continue pas de violer d’autres femmes », a réclamé Marie-Daniel Bernardin avant de mettre fin à son intervention.

Dans une conférence de presse, la veille, l’actuel président du CEP à problème a dénoncé l’instrumentalisation de cette jeune femme « qui a été une amie personnelle, une amie intime » dans une machination politique. « Danie a des vêtements chez moi et notre relation intime était publique », a déclaré Josué Pierre-Louis tout en rejetant l’accusation de viol dont il fait l’objet.

Pour l’instant, le dossier est devant la justice et plusieurs parlementaires et des personnalités de la société civile estiment que Me Josué Pierre-Louis doit démissionner afin de permettre à la justice de se fixer sur son sort.

Robenson Geffrard, This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Source/LeNouvelliste

 

Commenter cet article