Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Haiti-Refondation.org

LAVALAS ET L’ÉTAT DE DROIT (1) DEVOIR DE MÉMOIRE

17 Décembre 2013, 10:00am

Publié par haiti-refondation-org

DEVOIR DE MÉMOIRE

 

LES ÉVÉNEMENTS DU 17 DÉCEMBRE 2001

17 DÉCEMBRE 2001....Peurs et Terreurs enserrent la capitale Port-au-Prince et plusieurs autres villes du pays.  : attaque contre les locaux de la Presse, des partis politiques, des syndicats, contre leurs dirigeants et contre les centres culturels. Pillages, incendies, meurtres, disparitions… Selon Yvon Neptune, sénateur au moment des faits et futur boucher de La Scierie ( avec d'autres tels les Amanus Mayette et consorts) : " Le peuple a identifié ses ennemis"

capt_haiti_unrest.jpg
Dimanche 16 décembre, date de l'anniversaire de l'élection de JB Aristide, la commémoration de l’événement culmine dans l'après-midi, avec l'inauguration de la nouvelle place de Saint-Martin, quartier populeux de Port-au-Prince.

En cette occasion, le Président, après avoir célébré les "victoires électorales" de l'année 2000, objet pourtant d'une crise politique profonde et raison de la coupure de l'aide internationale depuis trois ans, s'adresse à l'assistance sur le thème "patriotisme" en insistant sur le slogan qu'il lui fait répéter plusieurs fois: «Yon lavalas se yon patryòt, yon lavalasyen se yon patriyòt, yon bon lavalasyen se yon bon patriòt:» 

Amiot Métayer, dit « Cubain »

Amiot Meteyer, chef de l'armée cannibale (avant)

En début de soirée, une tension est manifeste; des rumeurs circulent et des opérations de blocage sont rapportées dans certains quartiers de la capitale et des villes de province.

I - Annonce d'un coup d'État

Dès 3 h am, le lundi 17 décembre, un "flash" est diffusé par les radios (Radio Caraïbes) donnant la nouvelle que le Palais National est attaqué par un commando.
Vers 6 h am, Jacques Maurice, membre du bureau de presse de la Présidence fait les premières déclarations: Il y a une tentative de "Coup d'Etat" et 80 hommes lourdement armés se sont introduits dans le Palais National. A partir de conversations entendues sur les walkies-talkies dont ils auraient dépouillés les policiers du Palais, ces hommes qui parlent espagnol, anglais et créole, révèlent avoir à leur tête Guy Philippe, un des commissaires de police réfugiés en République Dominicaine.
Selon informations recueillies par AP, Jacques Maurice fait également mention d'une attaque simultanée contre le pénitencier national et, toujours selon lui, l'un des auteurs intellectuels du coup serait Lucien Gervais, (ancien militaire ?) emprisonné au pénitencier national lors du soulèvement des détenus et depuis lors transféré dans un autre centre de détention. Lucien Gervais aurait à sa solde des mercenaires dominicains réunis à la frontière, prêts à intervenir. Lors de cette intervention, Jacques Maurice précise que le Président Aristide et sa famille sont en sûreté dans leur résidence de Tabarre.
Au cours de ces premières heures les radios diffusent largement les déclarations, nouvelles, et premières réactions. Des journalistes se trouvent au Champs de Mars, devant le Palais et rendent compte en direct, de l'évolution de la situation. Radio HaitiInter annonce à 9.00am que «7 hommes se trouvent embusqués dans les sous-sols du Palais». Des appels à la violence et à la chasse aux «responsables» du coup sont lancés par le porte-parole,

(René Rene-Civil--chef-chime--Jan-l-Pase-l-Pase-JPP.jpgCivil) des groupes Lavalassiens au cri de «Bare-yo anwo, Bare-yo anba !»
Quelques heures plus tard, Jean Oriel, responsable de l'unité de sécurité présidentielle, répond aux questions de la Presse et annonce que les assaillants ont pris la fuite à bord de deux pick-ups. Les unités d'élite de la PNH ont repris le contrôle du Palais. Les affrontements ont fait un mort dansle camp des assaillants et deux morts parmi les policiers.
Vers midi, le ministre de la Culture et de la Communication, Guy Paul, intervenant sur les ondes de la Radio nationale annonçait que le président avait le contrôle du Palais, marquant ainsi la fin du coup d'État. Il fait appel au calme et condamne les actes de violence enregistrés dans le pays.

Dans l'après-midi, le porte-parole de la PNH, Jean Dady Siméon, dans un Jean Dady Siméon 2

point de presse au Palais National confirme la tentative de "coup d'état" par des assaillants au nombre de 30 et que le bilan de l'attaque repoussée s'élève à 5 morts, dont deux policiers, un assaillant et deux simples citoyens. Il fait aussi mention de la capture de l'un des assaillants du côté de Morne à Cabrits.
Le Président intervient également au cours de cette longue conférence de presse pour condamner le coup d'État, «Pwazon demokrasi a se zam Kou Deta sa yo», réprouver la violence «Kelkeswa vyolans lan, nou kondane l». Par ailleurs, il confirme qu'il existe une relation entre les événements du 28 juillet et ce qui vient de se passer en affirmant : «Evenman 16-17 desanm 2001 yo konektab avèk evenman 28 Jiyè k sot pase yo. … Nou genyen dè prev ki montre yo konektab» et le peuple doit être loué d'avoir sû agir en conséquence.
" Lè 28 Jiyè te rive, te gen plis konfizyon ke te fè yon seri moun doute, èske se vre, èske se pa vre. E nou rété gade akoz de konfizyon, yo te beaucoup plus timides que cette fois-ci. Yè, manifestasyon pèp la kale pou l defann demokrasi a. Jodi a manifestasyon l pasifikman montre ankò yon fwa ki jan li konprann w'ol pou l jwe, pa non kwaze bra, chita tann apre pou lal nan mawon. Men, nan kanpe pasifikman pou l mété barikad lapè kote k nesesè, lè l nesesè san vyolans, nan respè dwa tout moun, nan dyalog..."
Le poison qui tue la démocratie, ce sont les armes de ces coups d'État. Il y a un lien entre les évènements du 17 décembre et ceux du 28 juillet. Mais le 29 juillet, il y avait beaucoup de confusion, les gens étaient dans le doute, est-ce que c'est vrai,?: est-ce que c'est pas vrai ? A cause de cette confusion, les gens sont restés à regarder, ils étaient beaucoup plus timides que cette fois ci. (…) Hier, le peuple a manifesté sans hésiter pour défendre la démocratie (...) Aujourd'hui, ses manifestations ont montré pacifiquement le rôle que le peuple doit jouer, qu'il ne doit pas croiser les bras, s'asseoir, attendre, et finalement se lancer dans le marronage. Que son rôle est d'être debout, de monter des barricades de la paix là ou c'est nécessaire, quand c'est nécessaire, sans violence, dans le respect des droits de chacun, dans le dialogue (…) Immédiatement après la Conférence de Presse, le Chef de l’Etat adresse un «Message de Paix». Il commence par saluer la Police et tous les citoyens qui par leur détermination ont érigé les Barricades de la Paix et fait échec aux assassins de la démocratie.

BARRICADES-DE-LA-PAIX.jpg
«Onè respè pou nou memm!"….."M sot siyonnen yon bon pati nan Pòtoprens, mwen wè ak je m ki kantite barikad lapè nou mété pou anpeche teworis kouri sove e touye plis moun. Nou fè sa paske nou kwè nan peyi nou, Nou fè sa paske nou kwè nan demokrasi, Nou fè sa paske nou se bon jan pitit Dessalines, Toussaint Louverture ak zansèt nou yo, nou brav !" "drapo la pè a flote toupatou"…"Aswè a, m mande pou gen veye patriyotik toupatou pou pwoteje lapè a»...
... «je viens de faire le tour de Port-au-Prince, j'ai pu voir le nombre de barricades de la Paix que vous avez érigées pour empêcher que les terroristes ne s'enfuient et ne continuent à tuer plus de gens. Vous avez fait cela parce que vous croyez en votre pays, en la démocratie, parce que vous êtes les fils de Dessalines, Toussaint Louverture de nos ancêres, vous êtes braves ! Le drapeau de la Paix flotte partout ! Ce soir je vous demande d'organiser une veillée patriotique, partout pour protéger la Paix».

«E nan moman sa a kote nou fyè lè nou wè bèl solidarite ki egziste ant Pèp la ak Polis la, nou ankouraje Pèp la kontinye bay la Polis la tout enfomasyon nou jwenn konsènan tout kriminèl k ap chèche kouri pou yo pa kenbe yo, pou yo pa pale…» … «Se yon Kou Deta nou ranvèse vit e se pou Kou Deta a pa retounen ankô ki fè m mande pou tout Popilasyon an kanpe pasifikman, defann demokrasi a pasifikman».
Au moment où nous parlons, nous sommes fiers de constater la belle solidarité qui existe entre le peuple et la police, et nous vous encourageons à continuer à fournir à la police toute information concernant tous les criminels qui tentent de s'enfuir pour ne pas être pris et avoir à parler… C'est un coup d'État que nous avons contrôlé rapidement et c'est pour éviter qu'il n'y en ait d'autres que nous demandons à toute la population de se mobiliser pacifiquement pour défendre la démocatie pacifiquement.
«Nap kontinye ini pou n pousuiv avek lalwa nan men nou anba drapo lapè a, tout criminèl teworis ki vle fè nou al nan mawon»
«Nous continuons d'être unis pour poursuivre avec la loi en mains, sous le drapeau de la paix, tous les criminels terroristes qui ont voulu nous acculer.


II. LES FAITS : L'attaque contre la Presse, les partis politiques, leurs dirigeants et les centres culturels


À partir des différentes déclarations des représentants de la Présidence, des groupes armées de partisans de Lafanmi Lavalas s'organisent à Port-au-Prince et dans les villes de provinces, attaquent , pillent et incendient les locaux des partis politiques, les résidences de certains de leurs dirigeants. Des stations de radio sont investies et menacées de destruction, des journalistes sont violemment pris à partie et certains n'échappent au pire que de justesse. Plusieurs personnes périssent victimes de ces actes de violence au cours de la journée.


En Province

capt_haiti_unrest_pap103.jpg-LAMERCIE-NOEL.jpg
Cap-Haïtien
- Le mobilier de la résidence du Pasteur Milton Chery, membre de la coordination de l'OPLdans le Nord, ex-candidat au Sénat, est jeté dans la rue et brûlé

- Eluscat Charles, porte-parole OPL dans le Nord a vu sa résidence pillée et incendiée ainsi que la maison voisine.
- La maison des frères Tanis, de la Convergence et celle de Jacques Etienne, critique connu de Lafanmi Lavalas, ont également été mises à sac.
- Un certain Célius, proche des FADH a failli être lynché, n'était-ce l'intervention de quel-ques passants et des affrontements ont eu lieu lorsque les manifestants lavalassiens ont tenté de s'attaquer à Grégory Joseph de la Convergence
- Le siège central de l'OPL dans le Nord est saccagé.
- Les assaillants ont tenté de mettre le feu à Radio Maxima mais ont dû renoncer devant la réaction des riverains qui se sont portés à la défense de la station.


Cayes
- La caisse de l'entreprise de construction que dirige Gabriel Fortuné, ex-député, porte-parole départemental de la Convergence, est pillée et 2 camions bascules incendiés.
- La résidence de Jean Robert Jeune, membre du comite de coordination départemental de l'OPL est partiellement saccagée.
- La maison de Wilfred Jean-Baptiste, membre du comite de coordination départemental de l'OPL est endommagée et pillée.
- La résidence de Kessel Cilius, membre de la Convergence est pillée.
- La résidence de Pierre Richard, membre de la Convergence est pillée.


Gonaïves
- La résidence du Pasteur Luc Mésadieu, président du Mochrena et membre du directoire de la Convergence démocratique est incendiée; 3 voitures sont brûlées; 2 personnes proches du pasteur sont tuées puis brûlées.
- La résidence du Pasteur Sylvio Dieudonné, vice-président de Mochrena est incendiée ainsi qu'une maison voisine. Une Eglise et une école dirigées par le Pasteur sont également incendiées.
- Le mobilier de la résidence de Anouès Difficile, membre de la Convergence démocratique, est incendié.
- Le correspondant de Radio Métropole dans l'Artibonite, Duc Jonathan Joseph est porté disparu.


Grande Rivière du Nord


- Le local de l'OPL est attaqué et saccagé.


Jacmel


- La résidence du porte-parole de la Convergence Démocratique dans le Sud-Est, Milot Gousse, a été attaquée avec jets de pierres.
Jérémie


- Lensky Cassamajor, représentant de l'OPL est sequestré, malmené et sauvé de justesse du lynchage.


- Local de la CATH (Centrale des travailleurs Haïtiens) incendié; beaucoup de membres de la Convergence ont dû prendre la fuite.


N.B - Participation de deux véhicules de l'Etat (Education Nationale et Finances).


Petit-Goave


- La maison de Jean Jasmin, enseignant, membre de la coordination locale de l'OPL, est incendiée, ainsi que celle de Déus Jean-François, MDN, ex-député, membre de la Convergence, responsable communal. Des affrontements ont eu lieu entre les groupes lavalassiens et les partisans de la Convergence. Au cours de la journée plus de 15 maisons ont été incendiées et 5 mises à sac. Les premiers rapports indiquent que: Yvon Jean, René Jean-Michel, Eligène Desrosiers, Jean Wilio Manéus, Dieusibon Jean, Yves Rigaud, Denise Osias, Inès Coicou, Genise Jean, Diréus Antoine, Prosper Jeanty, Montigène Sincère, Serge Bouzile, Wilbert Pierre, auraient ainsi, entièrement ou en partie, perdu leur résidence.


Thiotte
- Gabriel Davidson, membre dirigeant de l'OPL et une quinzaine de militants ont dû se mettre à couvert.


À la capitale, Port-au-Prince

La Presse

Au cours de la journée des journalistes, reporters, stations de radio sont l'objet de menaces, d'actes de violence qui obligent plusieurs représentants de la Presse à se mettre à couvert, certains, dans des ambassades. D'après Reporters Sans Frontières: «Le caractère systématique des agressions démontre que les manifestants avaient reçu des instructions pour s'en prendre à la presse».


Thony Bélizaire, photographe de l'Agence France Presse, Patrick Moussignac, Guérin Alexandre, Jean-Elie Moléus, respectivement directeur et reporters de Radio Caraïbes et Guyler Delva, président de l'Association des Journalistes Haïtiens, ainsi que des reporters de Telemax, ont été pris violemment à partie par des manifestants proches de Fanmi Lavalas armés de revolvers, de machettes, de bâtons. Ils ont obligés les journalistes à quitter les lieux sous la menace.
«Nous vous aurions abattu si vous étiez de Radio Caraïbe» ont déclaré des partisans du pouvoir à Maxo Exil, de l'agence Haïti Press Network, qu'ils menaçaient d'une arme.-


Roger Damas, de Radio Ibo, a été forcé de remettre sa carte de presse et son cellulaire aux manifestants qui assimilaient Radio Ibo à l'opposition.


Des journalistes de Radio Vision 2000 dont Pharès Duverné, Robert Philomé et Yves Clausel Alexis, alors qu'ils couvraient les évènements se déroulant au Palais National, ont été contraints de crier "Vive Aristide, Vive Lavalas" par des membres d'organisations populaires proches du pouvoir.


Selon Arins Bellevue, directeur de Radio Galaxie, leur confrère, Abel Descolines a dû se mettre à couvert après avoir reçu des menaces et avoir été informé que son nom et celui d'autres représentants de la presse se trouvaient sur une liste de journalistes à abattre. Un journaliste du RECAP, Gaston Janvier s'est trouvé dans la même situation.
Des reporters de Radio Métropole ont été agressés et mis en joue par des partisans du pouvoir qui se trouvaient à bord de véhicules appartenant à des entreprises de l'Etat. Les vitres de l'autobus de Radio Caraïbes ont été brisées par des manifestants pro-Lavalas. Plusieurs stations ont reçu des menaces de mort et ont cessé d'émettre ce jour-là: Radio Quisqueya, Radio Métropole, Radio Vision 2000, Radio Signal FM, et Radio Caraïbes. Cette dernière devait suspendre pendant plusieurs jours ses émissions.


Les sièges des partis politiques


- Le siège national de l'OPL (Organisation du Peuple en lutte), originellement Organisation Politique Lavalas) fondée en 1991, Quartier-General de la Convergence, a été pillé et incendié. Le mur et la barrière de l'entrée ont été renversés par un bulldozer du CNE. Les équipes d'assaillants ont été aussi véhiculés par la CNE. L'OPL est membre de l'Internationale socialiste, Coordinateur; Gérard Pierre Charles.
NB. Une maison attenante a été aussi pillée et incendiée.


- Le Local du Konakom, (Comité National du Congrès des Mouvements Démocratiques) membre de la Convergence et de l'Internationale Socialiste --Coordonnateur Victor Benoît-- a été pillé et incendié.


- Le local de la KID (Confédération Unité Démocratique), membre de la Convergence, coordonnateur :Evans Paul (Konpè Plim) mis à sac et incendié.


NB. C'est la 3e fois que le local de la KID a été dévasté : en 1991 (deux mois avant le coup d'état), et en avril 2000.


- Le local de l'ALAH (Alliance pour la Libération et l’Avancement d’Haïti) membre de la Convergence qui est aussi le cabinet d'études de Me Reynold Georges, son coordonateur, a été incendié.
Les maisons familiales des dirigeants de la Convergence.


- La résidence du professeur Victor Benoît située à Bon Repos, dans la banlieue nord de Port-au-Prince, a été pillée et incendiée (voir détails dans le témoignage plus loin).


- La résidence du professeur Gérard Pierre Charles, située au Morne Hercule à Pétion-Ville a été pillée. La salle de la bibliothèque a été incendiée avec un cocktail Molotov. La maison a été assiégée en fin de matinée par des membres de la CIMO (Corps d’intervention et de maintient de l’ordre) et par des civils armés transportés en véhicules de la CNE (Compagnie nationale d’équipements - entreprise publique).
Dans les deux cas des officiels ont été reconnus, des véhicules ont été identifiés (voir témoignage plus bas).
Centres culturels


- Le CRESFED, Centre de formation, de recherche et de documentation, membre de la Plateforme des Droits Humains, dirigé par Suzy Castor, professeur universitaire, historienne de formation, fondé en 1986, a été attaqué, incendié et pillé (voir témoignage plus loin).


- La villa appartenant à l’État français et abritant les locaux administratifs de l'Institut Français d’Haïti, voisin du local de Konakom, a été pillé.


LES TÉMOIGNAGES


Déclaration pour la presse de Jessie Benoit,
le mercredi 19 décembre 2001
Moi, Jessie Ewald Benoit, épouse de Victor Benoit, coordonnateur du KONAKOM et dirigeant de la Convergence Démocratique, certifie et atteste que :
1. Le lundi 17 décembre 2001, à 12 :00 AM (midi), un commando de mercenaires agissant au nom de Lavalas a débarqué en notre résidence située à Lilavois. Quatre (4) véhicules chargés d'hommes lourdement armés:
- une Toyota Four Runner de couleur noire sans plaque d'immatriculation;
- une Nissan Patrole blanche officielle, immatriculée au No 0824;
- une Toyota double cabine sans plaque;
- une Toyota RAV4 de couleur marron
Ce commando avait pour mission d'assassiner en plus de Victor Benoit, tout être vivant (humains et animaux) se trouvant sur les lieux. Nous étions tous présents, Victor Benoît et moi, ainsi que trois (3) parents adultes et quatre (4) adolescents quand ils ont débarqué.
Après avoir semé la panique chez nos proches voisins, nos assassins ont investi la cour de la maison. Ils ont incendié la maison pièce par pièce en mettant particulièrement l'accent sur les espaces fermés. Nous avons eu la vie sauve grâce à la chaîne de solidarité qui a été organisée spontanément par les habitants de Lilavois.
2.- J'accuse la Police Nationale d'Haïti et particulièrement le Commissariat de Bon Repos, pour NON ASSISTANCE A PERSONNE EN DANGER.
J'accuse Lavalas de tentative d'assassinat sur ma personne et celle de mon mari Victor Benoit et les membres de notre famille qui étaient dans la maison avec nous.
3.- Je dis à l'ensemble de la population haïtienne : Hier c'était la Presse avec Jean Dominique, Brignol Lindor. Aujourd'hui c'est la Convergence Démocratique avec Victor Benoit, Gérard Pierre Charles et d'autres dirigeants et membres de la Convergence; Demain ce sera l'ensemble des secteurs de la société haïtienne qui luttent pour une société libre et démocratique.
En avant tous, n'ayons pas peur, serrons-nous les coudes pour ce grand faisceau qui doit barrer la routeà la dictature.
TET ANSANM TET ANPLAS NAP CHANJE SA
Jessie Ewald Benoit


Témoignage de Suzy Castor : la résidence de Suzy Castor et de Gérard Pierre-Charles mise à sac


Le lundi 17 décembre, Suzy Castor écoutait les nouvelles du matin dans la résidence où elle vit avec sa famille, à Pétion-Ville, au Morne Hercule, lorsqu'elle reçut l'appel d'un ami insistant pour qu'elle quitte immédiatement sa demeure. Il venait d'apprendre qu'un groupe armé, se dirigeait vers la maison probablement pour l'incendier. Sans rien emporter, Suzy Castor s'enfuit avec ses trois petits-enfants pour se réfugier chez des amis.
Il est 9.30 AM. Une demi-heure plus tard, le groupe d'assaillants, évalué à une centaine de personnes, arrivait dans la rue Charlemagne Péralte, qu'il arpenta de haut en bas avant de pouvoir identifier la maison. Cette troupe, parmi laquelle on ne pouvait ne pas remarquer des enfants et des adolescents, était armée de fusils, revolvers, machettes, piques. Ils se sont massés devant la maison et se sont mis à envoyer des pierrres. Quelques policiers arrivent alors, au nombre de 5 ou 6, se placent en retrait des assaillants et assistent sans intervenir aux tentatives de destruction du mur d'enceinte.
C'est à ce moment que les hommes de sécurité, à l'intérieur, tirent en l'air pour disperser le groupe. Alors, les attaquants demandent du renfort: les appels sur radio ont été entendus par plusieurs témoins. Très rapidement, 2 camions de la CNE et autres pick-ups de la police, dont un marqué "Cité-Soleil", arrivent et débarquent des hommes en civil, armés certains, de fusils-mitrailleurs.
Les habitants de la maison, dont la fille de Suzy Castor, abandonnent les lieux, en passant par-dessus le mur arrière du jardin. C’est à ce moment qu'arrive une équipe de CIMO.
Les assaillants essaient de forcer la barrière. Ayant réussi à pénétrer dans la cour, ils mettent le feu aux deux véhicules qui s'y trouvent en criant : «yo pa gen jan pou yo soti, nap pran yo, nap rache yo youn pa youn».Constatant que personne ne sortait, ils entrent chez les voisins à la recherche des occupants en fuite. Utilisant un cocktail Molotov, ils incendient une des pièces principales.
Selon plusieurs témoignages, au cours des évènements, le sénateur Prince Sonson Pierre, le magistrat de Pétion-Ville, Sully Guerrier et le député Felito Doran étaient présents et observaient le déroulement de l'opération. Tout ceci se passe sans que, ni les policiers, ni les agents du CIMO n'interviennent pour contrôler ou retenir les assaillants afin d'empêcher le pire.
Suite à plusieurs appels d'amis et autres citoyens alarmés, les pompiers arrivent.,une première fois sans eau. Finalement ils réussissent à contrôler l'incendie. Aussitôt après, vers 4.30 PM, la maison est livrée au pillage. Tout a été emporté ou détruit. Des spectateurs qui ont essayé de protester ou de s'interposer ont été malmenés et frappés.
Plusieurs témoins ont vu les pillards monter dans les véhicules de la Police avec leur butin. Cependant, aux personnes venues s'enquérir, le Commissariat de Pétion-Ville, a déclaré ignorer cela.
NB.- Ce lundi 17 décembre, le professeur Gérard Pierre Charles était à Miami où il assistait à un séminaire sur les partis politiques, organisé par l'OEA.


Témoignage de Suzy Castor : La destruction du CRESFED


Le lundi 17 décembre, vers 1h PM, un groupe d'individus, la plupart très jeunes, presque des enfants, armés de fusils, se dirige vers le local du CRESFED, 10, rue Jean-Baptiste, au Canapé-Vert. De toute évidence, ils ne connaissent pas l'adresse, car ils passent devant le local sans le reconnaître et questionnent les habitants du quartier afin d'identifier la maison.
L'unique gardien s'étant mis à couvert, à l'approche de la troupe, celle-ci pénètre sans difficulté dans la cour principale. Deux camions de police accompagnaient le groupe et assistent au pillage et à l'incendie. On a également remarqué la présence du délégué de Ville pour le Canapé-Vert, Analès Obas. La mise à sac est totale. Le feu est mis pièce par pièce. Ce qui ne peut être emporté est détruit, incendié. Par exemple, tout l'équipement d'imprimerie et des émetteurs devant servir pour une radio éducative. Les W.C. ont été remplis avec des exemplaires de la Constitution, et un grand nombre d'ouvrages a été systématiquement brûlé. L'immeuble lui-même est vandalisé: céramiques, portes, fenêtres, climatiseurs, fers forgés.
Le chien de garde du CRESFED a été, selon les témoignages, arrosé d'essence et brûlé vif.
Dans la journée du mardi, on trouvait déjà en vente sur les trottoirs de la Capitale des exemplaires épars des collections spécialisées du CRESFED. Il faut noter que des archives précieuses sur l'histoire politique et syndicale du pays ont été détruites, ainsi que des collections de périodiques clandestins sous Duvalier . C'est une partie de la mémoire du peuple haitien qui a ainsi disparu.

LAVALAS FEU SANG ET MORT

Un témoin sur le Champ-de-Mars

Très tôt à l'aube, j'ai entendu parler d'un coup d'État.

Des véhicules, portant des inscriptions "Cité-Solel 1, 2, 3, Delmas, arrivent et exécutent des patrouilles autour du Palais. Un peu plus tard des journalistes sont entrés dans l'enceinte du Palais. Ils ont dit avoir vu un mort. On leur a dit que les assaillants sont en fuite et que des policiers "spécialisés" sont partis à leur recherche du coté du Morne-à-Cabrit.
Aux environs de 10:00am, il y eut des tirs nourris du côté du palais. Il est bruit que quelqu'un aurait tiré sur la foule. On voit un homme courir et une foule qui le poursuit. Quelques instants plus tard, j'ai vu quelqu'un brandir un avant-bras…J'ai aperçu le député Ernest Vilsaint avec des manifestants.. Il s'est rendu au palais avec quelques "chimères". Autour de moi, des groupes discutent d'aller incendier les locaux des partis de l'opposition.

Parlant de la Convergence : "Pa ka gen de palè" (Il ne saurait y avoir deux palais). Certains s'opposent à ce qu'on touche à l'école de Gérard Gourgues : «Se sèl si nou ta jwenn ak Jera Goug" (Si on pouvait attraper Gérard Gourgues lui-même….)

Je dois dire que j'étais choqué de voir distribuer des armes à des jeunes, presque des en-fants ayant l'apparence de chimères; sales, négligés, en «bout de shorts», sandales, ban-deaux autour de la tête. Certains avaient des cagoules avec des trous pour les yeux et la bouche. Des véhicules Téléco et "Services de l'État" étaient conduits par des chauffeurs portant les mêmes cagoules. Jusquà 5:00pm on pouvait les voir circuler en ville.
J'ai vu le sénateur (contesté) Toussaint qui était dans la foule donnant des ordres. Il était à coté de Ronald Kadav. Celui-ci est parti. Plus tard, il y eut une rumeur selon laquelle son véhicule serait tombé en panne à la hauteur du Morne Lazare sur la route de Bourdon / Pétion-Ville. Pendant tout le temps où j'étais là, jusque vers 1:00pm, je n'ai pas vu intervenir les CIMO qui se trouvent à l'immeubre "Anti-Gang" face à la DGI. Ils ont répondu aux chimères qui les interpellaient qu'ils n'avaient reçu aucun ordre et qu'ils ne bougeraient pas. Quand je suis parti, vers 1:00pm, il y avait beaucoup de monde sur la place.


Témoignage de Chavannes Jean-Baptiste


Le lundi 17 décembre, un groupe de "chimères" est arrivé dans deux camions avec des jerricanes d'essence devant le local du MPP (Mouvement Paysan Papaye) à Hinche. De nombreux militants et sympathisants avertis de ce qui se préparait, s'étaient massés dans la cour. Leur présence et détermination ont déconcerté les assaillants à leur arrivée et ceux-ci ont décidé de rebrousser chemin en prenant soin de couper les cables de téléphone qui désservent la fondation qui se trouve depuis lors privée de communication.

Témoignage de résidents de Martissant-Fontamara

Le dimanche 16 décembre, aux environs de 7:30 pm, des résidents de Martissant-Fontamara qui regagnaient leur domicile, ont dû négocier leur passage en plusieurs fois avec des groupes occupés à installer des barricades en divers points de ces quartiers. Surpris de se trouver face à cette situation que rien ne laissait prévoir, la journée du dimanche s'étant écoulée sans incident particulier, ces personnes essayèrent de s'enquérir des raisons de ces préparatifs. La réponse fut laconique: " N ap kite nou pase, pas poze kesyion, antre lakay nou…" (On vous laisse passer, rentrez chez vous sans poser de questions.).


Témoignage d'un éducateur des Gonaïves

Au cours de la journée du dimanche 16 décembre une série de festivités, réunions, avait eté organisées par le gouvernement qui à cette occasion avait procédé à la distribution de Gdes 15.000 aux tenancières de restaurants populaires, dans le cadre du programme du Ministère à la Condition Féminine.
Aux environs de 9h du soir des «autorités» venues de Port-au-Prince distribuent armes, munitions, argent, aux dirigeants des groupes de base. Le délégué Kenaz Jean Baptiste St. Pierre, le maire Stephen Moise et le maire-adjoint Beauvoir Ulysse sont présents. Vers 4h am on observe des véhicules de la PNH et de la Mairie qui transportent des pneus usagés et des barricades sont édifiées. ShowLetter
À 8:30 am, le délégué Kenaz J.B. St. Pierre annonce la fermeture des écoles, commerce et industrie.
À 9:30 am, la maison du Rev. Luc Mésadieu (MOCHRENA) à Gattereau, entrée nord de la ville, est incendiée. Le groupe s'empare de deux personnes et leur fait subir le supplice du collier. Une des victimes était un agent de sécurité MORT-POUR-LA-DEMOCRATIE.jpgconnu sous le nom de Ramy, l'autre n'a pu être identifié
À 11:20 am, on apprend que l'école Manassé du Rev. Sylvio Dieudonné à Bigot, entrée Ouest de la ville, a également été incendiée.
À 11:35 am, la résidence privée du Rév Sylvio Dieudonné est investie et brûlée. Parmi les assaillants se trouvaient: un chef de bande connu Amyot Métayer (Cubain) le maire Stephen Moïse (Topa), le maire-adjoint Beauvoir Ulysse, Gracia Joseph (Tot) coordonateur de Fanmi Lavalas, administrateur local de l'APN, et William Joseph également de l'APN, coordonateur de Organisation Démocratique de Raboteau (OPDR).
À 12:30 pm, le même groupe incendie la maison de Anorès Difficile symphatisant de la Convergence Démocratique A partir de 2h pm les manifestants ont fêté et dîné dans les restaurants populaires qui avaient reçu l'argent du Ministère de la Condition Féminine.
Pendant que ces événements se déroulaient, la Police est restée cantonnée au commissariat départemental de l'Artibonite.


Témoignage du Sénateur (contesté) Gérard Gilles, "Invité du jour" à Gerald-Gilles-Louis.jpgRadio Vision 2000 (Extraits)

RV 2000 - Je veux parler des sources auprès desquelles vous avez obtenu vos informations, les premières informations.
GG - Ces premières informations, ayez l'amabilité, mon cher ami, de me les rappeler et je vais, à la lumière des faits, les assumer encore une fois.
RV2000 - Très bien, ..12 pick-ups qui ont pris le contrôle du Palais national, notamment
GG - Exactement !… vers 1, 2 heures du matin, un ami qui habite tout près du Palais National eut à m'appeler pour me dire qu'il a constaté qu'il y a des pick-ups, double cabine qui ont assailli le Palais national et il a constaté, de visu, puisqu'il était tout près du Palais qu'il y a une voiture dans laquelle se trouvaient des policiers qui a été tout simplement agressée par ces gens armés de mitrailleuses M-50. Voilà ces informations que j’ai eues de la part d'un ami qui habite tout près du Palais national…
RV 2000 - … alors les premières informations dont vous disposiez faisaient État de 12 pick-ups qui auraient pris le contrôle du Palais national. Pourtant, au bout du compte, du côté la Police on n’a fait mention que de 2 ou 3. Qu'est-ce que vous en dites?
GG - Ver 1 - 2 h, je vous l'ai dit, un ami qui habite tout près du Palais national, m'a parlé, pas même de 12, mais de plusieurs véhicules à mitrailleuses M-50 au-dessus, qui sont en train d'assaillir le Palais national…
RV2000 - Votre informateur était un spécialiste en armes, je suppose...
GG - Non…il a parlé de mitrailleuses,… il n'a pas précisé M-50; c'est un jeune universitaire qui m'en a informé...
RV2000 - Où est-ce que ces gens-là ont trouvé «ces armes» ?
GG - Oui, ça m'inquiète, ce n'est pas seulement ces gens, il faut dire qu'il y a aussi eu des enfants, des adolescents, qui ont "trouvé" qui, arme au poing, des milliers de gens armés, nous l'avons constaté aussi à la télévision, qui ont défendu... qui normalement ont permis l'avortement de ce coup d'Etat… Où est-ce qu'ils ont trouvé ces armes? Depuis 1986 on a toujours parlé de désarmer la population, on en a parlé, vous vous en souvenez… rien n' a été fait en ce sens; je pense que la Police nationale doit prendre plus au sérieux cet armement que nous avons constaté...
RV2000 - Mais GG, permettez, un pays pauvre, une sociéte pauvre, où a-t-on pu trouver de l'argent pour acheter ces armes ?
GG - Attention, Valéry, depuis 1986… on a toujours demandé le désarmement de la population, le peuple haitien a toujours demandé le désarmement de la population...
RV2000 - Estce que vous ne craignez pas que ces armes se retournent contre vous un jour?
GG - Jamais!


Témoignages de marchands au Champs de Mars


Le dimanche 16 décembre, dans la soirée qui a précédé la tentative de coup d’État, vers 8 h pm, une patrouille du Palais National a ordonné aux marchands installés dans l'aire des places situées près du Palais, de vider les lieux.


III. RÉACTIONS : déclarations et interventions
Dans les heures qui suivirent l'annonce officielle de "coup d'Etat", les gouvernements étrangers ont réagi instantanément pour condamner pareille tentative. Cependant, le déroulement des évènements de la journée du 17 décembre devait, dès le lendemain, provoquer une seconde vague de réactions, tant au niveau national qu'international, où l'on trouve un questionnement des faits tels que rapportés, mais aussi la condamnation catégorique des actes de violence perpétrés contre les média et leurs représentants, les partis politiques et leurs dirigeants, et ceci, dans la plupart des cas, en présence des forces de la Police nationale.
Depuis lors de nombreuses réactions en provenance de divers secteurs ne cessent d'être enregistrées:
---------- Les organisations des Droits de la Femme: ENFOFANM, KAY FANM, SOFA «Non, Non, Non! Kominike ki soti bò kote gouvèneman Lavalas la fè konnen te gen yon tantativ koudeta nan nwit 16 pou rive 17 desanm 2001, e pou pwoteje pouvwa Lavalas la "popilasyon yo reyaji. Ki popilasyon ? Depi kilè poilasyon ayisyèn nan te ame ? Konbyen moun nan popilasyon yo ki gen mwayen sikile lan machin, a lè sa a, nan moman ensekirite sa yo? Pèp ayisyen nou pa dwe bliye kouman Duvalier te chita pouvwa bout di li a! Sa ki pase lendi 17, madi 18 desanm 2001 e k ap kontilye fèt nan tout rakwen peyi a, se yon operasyon kont tout sa ki sanble opozisyon ak pouvwa Lavalas la!».
(Le communiqué émis par le gouvernement annonce qu'il y a eu une tentative de coup d'État dans la nuit du 16 au 17 décembre, et que pour protéger le pouvoir Lavalas la "population" a réagi. Quelle population? Depuis quand le peuple haitien est-il armé? Combien de personnes ont-elles les moyens d'être véhiculées, particulièrement dans cette période d'insécurité? Peuple Haïtien, n'oublions jamais comment Duvalier a installé sa dictature! Ce qui s'est passé le lundi 17 et le mardi 18 décembre et continue à se produire partout dans le pays ce n'est pas autre chose qu'une opération dirigée contre tout ce qui semblerait vouloir s'opposer au pouvoir Lavalas» (20 déc 2001)


---------- Evans PAUL, leader du KID (Komite Inite Demokratik) :
«Arrêtez le robinet de sang qui coule dans le pays !…» (18 déc. 2001)


---------- Gérard Gourgue :
«Je me demande ce qui est arrivé au Palais National ? Il semble être devenu un prétexte pour massacrer l'opposition».


---------- Le Député (contesté) de la 3ème circonscription de Port-au-Prince, Simson LIBERUS, dit : «Plaider en faveur de la peine de mort qui doit être appliquée contre les putschistes, zenglendos ou kidnappeurs surpris en flagrant délit. Le Sénateur indique qu'il entend soumettre en ce sens un projet-loi à la chambre basse». Article 20 de la Constitution de 1987: «La peine de mort est abolie en toute matière» (21 déc 2001)


---------- Dr Dunois CANTAVE, dirigeant politique «Sous prétexte d'un coup d'Etat manqué, nous assistons à un autre aspect de ce fameux mot d'ordre qui, en plus des assassinats politiques et citoyens et de journalistes déguisés en lynchages, nous amène maintenant à la mise à sac et à l'incendie de locaux de partis politiques et de résidences de membres et de dirigeants de l'opposition haïtienne» (18 déc 2001)


---------- Guy PAUL, Ministre de la Culture et de la Communication :
«L'incendie des locaux des partis politiques est un incident regrettable, mais le peuple est enragé; il est difficile d'éviter ces choses-là». (19 déc 2001)


---------- Le Secrétaire exécutif de la Commission interaméricaine des droits humains (CIDH), Dr. Santiago A. Canton, condamne énergiquement la situation de violence qui règne en Haïti. Il rappelle à l'État Haïtien que la «Convention américaine relative aux droits humains, dont il est partie, souligne que les Etats ont le devoir de prévenir et de sanctionner, à la suite d'une enquête dûment menée, toute violation des droits reconnus dans cet instrument et de garantir aux victimes les réparations appropriées». (Washington 19 déc 2001).


---------- «Les autorités haïtiennes ne peuvent pas se permettre de laisser la violence se donner libre cours dans les rues sans intervenir» déclare José Miguel Vivanco, Directeur Exécutif de la Division des Amériques de Human Rights Watch. Il ajoute: «Le Gouvernement Haitien doit faire en sorte que les enquêtes sur les attaques soient rapides, complètes et impartiales et que les responsables soient traduits en justice». (New York, 18 déc 2001).


---------- Du Canada, DROITS et DEMOCRATIE, s'adresse directement au Chef de l'Etat : «Excellence, vous seul avez le pouvoir de faire cesser immédiatement les agissements de ces groupes qui disent agir au nom du parti que vous représentez, la Fanmi Lavalas. Ils commettent des atteintes graves aux droits humains les plus fondamentaux, comme le droit à la vie, le droit à l'intégrité physique, le droit d'association et le droit à l'expression libre, alors que Haïti en ratifiant des Conventions et protocoles qui garantissent le respect de ces droits s'est engagée à défendre et à promouvoir ces droits». (Montréal 20 déc 2001).


---------- Pour Micha GAILLARD, dirigeant du Konakom, "sous prétexte d'un coup d'Etat dont on ne comprend ni les tenants ni les aboutissants, le pouvoir Lavalas en a profité pour tenter de baîlloner l'opposition démocratique. Pour lui, " les évènements du 17 décembre, c'est l' Acte II d'une scène théâtrale dont l'acte 1 s'était déroulé le 28 juillet 2001 et dont l'objectif est de réduire au silence la Convergence Démocratique" ( 18 déc 2001)


---------- Le Sénateur (contesté) Yvon NEPTUNE, Président du Sénat :
"…..le peuple a identifié ses ennemis…" (18 déc 2001)


---------- Dans son intervention sur les ondes de Radio Vision 2000, l’ancien colonel des Forces Armées d’Haïti, Himler REBU a passé au laminoir les arguments avançés par la Police nationale et la présidence pour justifier la "tentative de coup d'Etat (...) la fuite des assaillants du Palais national, contrôlé par le Service de sécurité et une foule immense mobilisée en la circonstance, est techniquement impossible, à moins que le gouvernement veuille accuser tous les membres de la Garde du Palais national de complices ou bien de lâches" (22 décembre 2001)
---------- «Lorsque le président de la République a dit qu'il a le contrôle de la situation et demande de continuer la mobilisation, le contenu de cette expression est de déchouker, incendier, piller et bastonner». Me Fritz CANTON, à Vision 2000 (23/12/ 2001)


---------- L' ancien Commissaire Guy Philippe, sur les ondes de Radio Carnivale, à Miami, nie toute participation dans la tentative de coup d'Etat, tout en assumant son opposition au pouvoir Lafanmi Lavalas (18 déc 2001)


---------- Jean-Claude BAJEUX, directeur exécutif du Centre Œcuménique des Droits Humains : «Et voici que la face monstrueuse du Léviathan s'étalait, ce 17 décembre, devant nous, comme il était apparu à Petit-Goave, sous les yeux horrifiés de Brignol Lindor. Voici que des commandos livraient au feu des locaux de partis et des demeures d'hommes politiques, crimes que le Code Pénal sanctionne de la peine de mort (changée sous la Constitution actuelle en travaux forcés à perpétuité)... Tout redevenait possible : tout citoyen redevenait coupable, par le fait même d'exister. Le pire redevenait possible».
In "Revoir la face du Leviathan", Le Nouvelliste, 28 décembre 2001.


---------- Note de LA CONFÉRENCE ÉPISCOPALE «Nous estimons que cet événement du 17 décembre doit faire réfléchir le pays tout entier, dans toutes ses composantes et à tous les niveaux. Quelle qu'en soit la nature, quelle qu'en soit l'origine, ce qui s'est passé a offert le prétexte à des actes de violence inacceptables que nous déplorons et condamnons. Car, la violence, à laquelle on a, de façon irrésponsable, associée des mineurs, s'est déchaînée sans que les forces de l'ordre aient su l'endiguer, causant ainsi de grandes souffrances au pays…» (26 décembre 2001)


---------- ANMH (Association Nationale des Media Haïtiens) ... «condamne l'explosion de violence sous toutes ses formes et quelle qu'en soit la provenance qui a marqué la journée du 17 décembre 2001 et qui s'est soldé par des pertes en vie humaine et des actes de vandalisme de toutes sortes». (21 déc 2001)


---------- L'ISC (Initiative de la Société Civile) a condamné l'apparition sur la scène nationale de «groupes civils armés et violents et s’apparentant à une milice politique». Dans la même déclaration, l'ISC demande au gouvernement de «faire la lumière sur les évènements qui se sont produits au Palais National». (19 déc 2001)


---------- La PAPDA (Plate-forme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif) : ... "élève ses plus énergiques protestations contre les destructions pertétrées au cours de cette journée de cauchemar….Quelle leçon veut-on donner à nos enfants quand ils assistent à la destruction impunie par le feu de bibliothèques, de centres de documentation et de réflexion?………Ces opérations meurtrières et destructrices rappellent tristement l'ère des bayonnettes et le passé récent de la dictature des Duvalier qui s'est servie de l'arme de la terreur et de la destruction pour réduire au silence toute opposition et tout velléité de parole critique." (21 déc 2001)


---------- La POHDH (Plate-forme des Organisations Haïtiennes des Droits Humains) … «Condamne avec la plus grande rigueur la mise à sac du local du Centre de Recherches Economiques et Sociales et de Formation (CRESFED), institution membre de la Plate-forme et réclame des autorités des mesures de réparatiion»... «constate et relève certaines incohérences dans la reconstitution des faits par les autorités responssables et elle demande qu'une commission indépendante pour éclaircir, pour une fois, les évènements de la nuit du 16 au 17 décembre 2001…» (18 déc 2001)


---------- LE COMITÉ POUR JUGER DUVALIER questionne : «Si le gouvernement a pu avec autant de facilité maîtriser les assaillants du Palais National, comment n'a-t-il pas pu intervenir pour protéger tant de bâtiments odieusement saccagés. Quelle belle occasion pour notre Président, d'apparaître (à travers, ce que nous appelerons une "provocation" savamment orchestrée), comme celui qui tient bien tout en main et qui appelle mielleusement au calme et aux valeurs démocratiques (...) Nous denonçons avec fermeté ces manœuvres qui ruinent la cause de la démocratie en Haïti. Nous appelons tous ceux et celles qui font leur,la cause des Droits de l'Homme, à faire échec à cette néo-dictature qui s'implante de plus en plus ouvertement dans le pays. Halte aux mensonges et aux déclarations onctueuses.» (Paris, 18 déc. 2001)


---------- RSF (Reporters sans Frontières). «Situation toujours tendue pour la presse quatre jours après la tentative supposée de coup d' Etat.... Selon les informations recueillies par RSF, la situation de la presse haïtienne ne s'est tojours pas normalisée quatre jours après la tentative supposée de coup d"Etat du 17 décembre. Se sentant menacés, près d'une dizaine de journalistes continue à se cacher. Cinq d'entre eux auraient trouvé refuge dans des ambassades et chercheraient à quitter le pays. Au moins duex des quatre stations de radios qui avaient été contraintes de cesser leurs émissions le 17 décembre affirment que la police ne leur a proposé aucune protection. Pourtant, au cours d'une allocution dans l'après-midi du lundi, le président Jean-Bertrand Aristide avait pris l'engagement de faire respecter la liberté d'expression.» (21 décembre 2001)


---------- AMNISTIE INTERNATIONALE " Le gouvernement Haïtien a l'obligation de protéger tous les citoyens sans exception, et doit agir de manière décisive pour mettre fin aux actes de violence commis à titre de représailles … demande au Président Aristide de continuer son appel au calme à ses partisans et de veiller à ce que les forces de l'ordre agissent dans le cadre de la loi et respectent les droits humains dans leurs efforts pour restaurer l'ordre public" (18 déc 2001)


---------- LE DEVOIR (Editorial) «Qui croire ? Quoi Croire ? Telles sont les questions qu'à l'évidence la communauté haïtienne se pose au lendemain du coup d' Etat manqué qu'une trentaine d'individus, sous les ordres d'un ex-commissaires de Police, ont tenté dans la journée de lundi. Si l'on en croît la version officielle écrite et corrigée par le Président Jean-Bertrand Aristide, ce contingent a bel et bien essayé de renverser le gouvernement. Si l'on se fie aux représentants de l' opposition ainsi qu'aux témoignages de journalistes, le coup en question ne serait qu'une fumeuse mise en scène par Aristide et ses proches…." (Montréal, 19 déc 2001)


---------- Du côté de la communauté internationale, les réactions vont de la condamnation de l'attaque perpétrée contre le palais au rejet des violences qui l'ont succédée. L'Organisation des États Américains (OEA) et le gouvernement canadien ont condamné l'attaque. En outre, l'OEA considère le recours à la violence comme une grave menace à la démocratie. Le gouvernement français a déploré que l'attaque du Palais ait été suivie d'actes de violences dirigés contre les responsables et les sièges de partis politiques de l'Opposition. La France a aussi protesté énergiquement contre le sac de l'Institut Français au mépris des conventions internationales


---------- L'UNION EUROPÉENNE :
L’UE «condamne énergiquement les évènements confus qui se sont produits lors de l'attaque contre le Palais national le 17 décembre dernier. Elle réprouve, sans réserves, les violences et intimidations dont sont victimes ces derniers temps, et en toute impunité, certains médias (...) Demande aux autorité haïtiennes d’assurer pleinement la protection de la vie et des biens de tous les citoyens, sans distinction, ainsi que la totalité des garanties constitutionnelles, l état de droit et la légalité, dans le respect des engagements acquis par l'accord de Cotonou» (Bruxelles, 26 déc 2001)


---------- Parti Socialiste Français : (Communiqué) "Le Parti socialiste condamne avec la plus grande fermeté la tentative absurde de prise du Palais présidentiel haïtien par des éléments armés lundi 17 décembre. Il rappelle aux autorités ayant en charge l'Etat qu'elles doivent assurer la sécurité de tous les citoyens. La destruction brutale du siège des partis d'opposition démocratique Convergence Démocratique et KONAKOM, les agressions contre la presse et ses représentants, sont inadmissibles. Leurs auteurs doivent être recherchés et poursuivis. Seul le rétablissement d'un pouvoir légitimé de façon incontestable par les urnes est de nature à rétablir l'équilibre citoyen attendu par le peuple haïtien". (18 déc 2001)


---------- Monseigneur LUIGI BONAZZI, Nonce Apostolique, doyen du corps Diplomatique. «L'inquiétude concernant la sauvegarde et le respect des droits humains, base fondamentale de la société humaine, grandit chez beaucoup d'observateurs. Nous sommes préoccupés par certaines graves atteintes qui semblent remettre en question la liberté d'opinion, y inclus la liberté de la presse, ainsi que par l'impunité qui continue de couvrir certains crimes commis contre des journalistes. Les partis politiques étant l'expression de la libre organisastion démocratique des citoyens, comment ne pas réprouver les attaques contre les sièges de partis politiques sans intervention efficace


---------- L'Ambassadeur des Etats-Unis à Port-au-Prince, Brian Dean Curran, a visité les locaux de la Convergence Démocratique, incendiés par des militants lavalas dans la journée du lundi 17 décembre 2001. L'Ambassadeur a qualifié «d’inacceptables» ces violences et «d'intolérable» la passivité de la Police Nationale d'Haïti. «Que des membres d'Organisations Populaire (OP) Lavalas s'attaquent aux locaux de l'opposition en présence d'agents de la PNH en toute quiétude, c'est un comportement irresponsable et c'est très grave». (19 déc 2001)


---------- Dès l'après-midi du 17, le sénateur Ruben Berrios Martinez, Président du PIP et Président d' honneur de l'Internationale Socialiste, diffusait le communiqué suivant :
Comunicado urgente :
"En el día de hoy, y en represalia por un alegado intento de golpe de estado en Haití ocurrido anoche en el palacio presidencial de Puerto-Príncipe, se ha desatado una feroz persecución contra los políticos de la oposición y contra periodistas independientes en todo el territorio haitiano, que amenaza con tornarse en un baño de sangre.
Han sido quemadas por turbas armadas - y en presencia de efectivos policíacos - las sedes de la Convergencia Democrática y del Partido Konakom en Puerto Príncipe al igual que en otras ciudades del país. Fue quemada también la residencia del conocido y respetado político de oposición Gerard Pierre-Charles. La Convergencia Democrática reúne en Haití a los partidos democráticos que están afiliados a la Internacional Socialista.
Hago un llamado urgente al Presidente Aristide para que se garantice la seguridad de los líderes políticos de la Convergencia y de sus propiedades, al igual que de los periodistas y las estaciones radiales independientes que hoy han estado silenciadas en sus transmisiones noticiosas.
Apelamos también a la comunidad internacional para que hagan llegar al gobierno haitiano sus expresiones de preocupación y alarma por los eventos que están transcurriendo en estos momentos en ese atribulado país hermano."
N.B. À l'heure où le communiqué fut rédigé, la destruction de la maison de Victor et Jessie Benoit et du Cresfed n'avait pu encore été confirmée.


Communiqué (URGENT) du Sénateur Ruben Berrios Martinez, Président du PIP, et Président d' Honneur de l'Internationale Socialiste, dans l'après-midi du 17 décembre 2001.


COMMUNIQUÉ: En ce 17 décembre 2001, en représailles pour une apparente tentative de coup d'Etat en Haïti, survenue la nuit dernière au Palais Présidentiel de Port-au-Prince, s'est déclenchée, dans tout le pays, contre les responsables politiques de l'opposition et les journalistes indépendants, une persécution féroce qui menace de se transformer en un véritable bain de sang.
Des groupes armés, en présence de la Police nationale, ont brûlé les locaux de la Convergence Démocratique et du KONAKOM, à Port-au-Prince et dans d'autres villes. La résidence de Gérard Pierre-Charles, un des responsables politiques de l'opposition, personnalité bien connue et respectée, a été incendiée. Dans la Convergence Démocratique se trouvent les partis démocratiques affiliés à l'Internationale Socialiste.
Je lance un appel urgent au Président Aristide pour qu'il garantisse la sécurité des leaders de la Convergence ainsi que des locaux des partis, des journalistes et radios indépendantes qui ont dû cesser leurs programmes de nouvelles.
J'en appelle aussi à la communauté internationale pour qu'elle transmette au gouvernement haïtien ses expressions de préoccupation et d'alarme devant les événement qui se déroulent dans ce pays frère soumis déjà à tant de tribulations.
Ruben Berrios Martinez


---------- M. Richard BOUCHER, porte-parole du Département d'État des États-Unis «Nous avons condamné l'attaque du Palais et aussi la violence qui s'est déclarée dans les rues. Nous avons clairement fait savoir que les attaques armées, particuliérement contre les siéges des partis politiques sont des faits inquiétants. Nous nous attendons donc à ce que le gouvernement haïtien identifie les assaillants du palais et aussi ceux qui ont incité à la violence des rues. Nous nous attendons à ce que tous les efforts pour les amener devant une cour de justice, soient effectués en conformité avec ce que prévoit la loi.»(Washington 19 décembre 2001)


---------- L'Ambassadeur Dominicain, ALBERTO DESPRADEL CABRAL, a fait une déclaration niant toute implication de son pays dans l'attaque opérée lundi, contre le Palais national "Nous n'avons pas de problème avec la légitimité du gouvernement du Président Aristide…" (17 déc 2001)


---------- Le Gouvernement Français, a protesté énergiquement contre la mise à sac de l'Institut Français, au mépris des conventions internationales. (18 déc 2001)
La population, dans sa très grande majorité, a répudié les actes de violence tels que perpétrés par des groupes armés, au cours de la journée du 17 décembre et fait montre d'un septicisme, très souvent goguenard, concernant le coup d’État dénommé coup de théatre. On retrouve l'expression de ce sentiment dans les anecdotes, chansons précarnaval, et même dans la diaspora qui envoie la version bande-dessinée des évènements.


IV. "L'APRES" 17 DÉCEMBRE


Les évènements du 17 décembre continuent à faire l'actualité. Les répercussions et conséquences de ce qui s'est passé ainsi que le questionnement qui en découle, sont en permanence dans les nouvelles.
D'après de nombreux témoignages, reportés dans les médias entre'autres, dans les jours qui ont suivi, des remous ont été observés au sein de plusieurs ministères et même au niveau du palais présidentiel à cause de violentes protestations de groupes de partisans de Fanmi Lavalas, réclamant d'être rénumérés pour "le travail effectué le 17 décembre". Ils ont semé le trouble dans les locaux des ministères à la Condition Féminine, les Affaires Sociales et la Culture. La situation, dans certains cas, n'a pu être contrôlée que grâce à l'intervention de la Police.
On a pu entendre sur les ondes les avertissements des protestataires : «Si yo pa peye nou rapid, baton ki bat Konvèjans lan se li kab bat yo!»


Les pertes en vies humaines


Le 21 décembre, un récit détaillé des évènements, de huit pages, diffusé sur le site internet de la présidence, décrit l'entrée des assaillants dans le Palais et la poursuite effectuée par un hélicoptère de leurs véhicules jusqu'à une grotte du Morne à Cabrits. Ce récit est aussi diffusé en anglais dans une traduction signée Michèle Karshan.
Ce récit conclut que l'attaque, opérée par vingt-cinq (25) hommes avait fait huit morts, dont cinq (5) chez les assaillants, un (1) au Palais et quatre (4) à Thomazeau.
«Quelques jours plus tard, la population de Thomazeau appréhenda quatre hommes dans cette localité et les tua à cause des blessures par balles qu'ils portaient sur leur corps». Aucune victime n'est identifiée.
À partir des informations recueillies dans les medias et autres témoignages, l'assaillant tué au Palais National qui avait d'abord été identifié comme "Perez", serait en fait un nommé "Chavre Milôt". Les deux policiers assassinés seraient: Théagène François et Raymond Jean-Eustache, tous les deux attachés au Commissariat de Port-au-Prince.
Les évènements de Thomazeau, auxquels il faut ajouter ce qui se serait produit à La Croix-des-Bouquets et Ganthier, se soldent par un bilan qui compte cinq (5) bléssés : Guy Astrel JEAN, Jean Roma Brevil, Wesly Cineus, Hermann Renauld, Frantceau Lahens et cinq (5) morts : Auxilia Etienne, Elinel Etinel, Delinois Augusme, Altiné Marius et Altanas Cineus.


Du coté de la justice : les arrestations


- Pierre Richardson, appréhendé et remis à la Police, selon la version officielle, par la population de Terre Rouge, l'ex-soldat Pierre Richardson, est passé aux aveux. Il a reconnu avoir comploté et participé à l 'opération qui avait pour but de prendre le pouvoir et dans la préparation de laquelle les anciens commissaires de police, Jacky Nau, Guy Phillippe et l'ancien Colonel Guy André François étaient impliqués. Interrogé à la télévision sur les circonstances de son arrestation, Richardson explique: " Eh bien! la Police a fait son enquête, elle m'a trouvé, elle m'a arrêté, et voilà!


- Le mercredi 19 décembre, Guy André François est arrêté dans le cadre des enquêtes relatives à la tentative du coup d'Etat. Le lundi 7 janvier 2002, à l'issue d'une audience tenue à la première chambre civile, un jugement a été prononçé ordonnant la libération immédiate de M. François qui s'est fait attendre encore plusieurs jours.


- Le mercredi 26 décembre Jean Dumesle, accusé «de ne pas avoir rapporté à la Police que des réunions avaient lieu à la résidence dont il est le gardien» est arrêté pour complicité dans l'affaire du coup d'Etat. La résidence en question appartient à Albert Dorélien, frère de l'ex-colonel Carl Dorélien qui vit depuis plusieurs années en Floride.


- Le 27 décembre 2001, le gouvernement nomme Me Bernard Saint-Vil juge d'instruction chargé d'enquêter sur le dossier de la tentative du coup d'Etat du 17 décembre 2001.


- Le mardi 18 décembre, l'ex-commissaire de la police haïtienne, GuyPhilippe, a été arrêté par les autorités Equatoriennes et renvoyé vers la République Dominicaine. Arrivé dans la capitale dominicaine il aurait subrepticement pu se glisser jusqu'à la sortie de l'aéroport. Retrouvé à Bonao, il serait en voie d'être déporté au Venezuela. Selon le Ministre des Affaires Etrangères de la République Dominicaine, M. Hugo Tolentino Dipp, jusqu'à la date (4 janvier 2002), le gouvernement haïtien n'avait pas présenté de requête d'extradition.


- L'Affaire Saati : le 27 décembre, M. Antoine Saati, un homme d'affaires de nationalité américaine, a été arrêté par la police sous le chef d'accusation d'être impliqué dans la tentative de coup d'Etat du 17 décembre écoulé. Malgré de multiples interventions et la dilligence de ses avocats, ce n'est que le 14 janvier que la justice a ordonné sa libération invocant "des erreurs dans le traitement du dossier Saati". Les entrepôts de la famille de l'industriel, ont été complètement pillés.


- Le 3 janvier, le juge d'instruction Bernard Saint-Vil a entendu trois personnes accusées de complicité dans la tentative de coup d'Etat du 17 décembre: Jean Dumesle, Enéus Préval et Jean-Max Louis tous deux agents de sécurité de Me Jehan Colimon. Ce dernier a sollicité du juge instructeur, une main levée pour insuffisance de preuves.


- Le même jour,, le ministre de la Justice, Me Garry Lissade, a déclaré à la presse, que deux policiers ont été mis en isolement. Ils étaient en poste à la  Gary-LISSADE-et-CEDRAS.jpgporte d'entrée du Palais, par laquelle seraient passés les assaillants, lors de la tentative du "coup d'état" du 17 décembre ". Le Ministre Lissade n'a pas voulu révéler leurs noms.


Du côté de la Presse : exil, menaces et intimidation


Après l'assassinat de Brignol Lindor, et les menaces essuyées spécialement le 17 décembre, les journalistes sont obligés de prendre des précautions dans leur travail spécialement lorsqu'ils couvrent des évènements. Deux journalistes de Vision 2000, Pharès Duverné et Clausel Alexis ont été avertis avant leur départ que s'ils donnaient des nouvelles critiquant le gouvernement, «nous vous tuerons, nous vous brignol-lindoriserons».


- De Mirebalais, on apprend que les journalistes de Radio Eben Ezer ont décidé de ne plus diffuser d'informations. Cette décision fait suite aux nombreuses menaces qu'ils déclarent recevoir de la part de membres d'organisations populaires proches du pouvoir.


- Robert Ménard, de Reporters sans frontières, dut quitter l'Hôtel Plazza à la fin de sa conférence de presse, le samedi 12 janvier, quand un groupe menaçant, ayant à leur tête René Civil et Paul Raymond, envahit les locaux à sa recherche, pour, selon les menaces proférées, lui fermer la bouche une fois pour toutes.


- Selon le memorandum daté du 17 janvier, la Fédération de la Presse haitienne a dressé une liste de 43 journalistes atteints par la vague de persécution, 18 auraient pris le chemin de l’exil: Floride, Guadelopue, Espagne, France. Les autres (25) dont deux blessés, l’un par balle et l’autre par coups, se seraient mis à couvert (voir le rapport en annexe).


- Le 20 décembre, dans une lettre adressée au Président, RSF déclarait que «l'absence de mesures pour protéger les stations de radio menacées et le public participant aux programmes locaux contre la campagne d'intimidation est la négation des promesses que vous avez faites le 17 décembre de veiller à ce que la liberté de la presse soit respectée».


- Le vendredi 4 janvier, trois ministres (Faubert Gustave, Finances, Gary Lissade, Justice, et Ernst Laraque, Travaux Publics), se présentent devant les locaux de la Convergence et du Konakom sous le prétexte d'évaluer les dégats en vue d'une indemnisation. L'ex-sénateur Paul Denis leur refuse l'entrée et souligne que des compensations ne sauraient venir qu'après décision d'un tribunal.


- Entre-temps, le président du Sénat , Yvon Neptune, dans une intervention à Vision 2000 le 4 janvier 2002, parle d'une "nouvelle formule de coup d'Etat à long terme" ourdie par les ennemis du peuple avec leurs complices de la communauté internationale pour déstabiliser le gouvernement au pouvoir.


- Le lundi 7 janvier, le Président Aristide, dans une rencontre avec les représentants des medias au Palais National, voulut les rassurer, en réaffirmant sa volonté de respecter la liberté de la presse. Il a toutefois conseillé aux journalistes de ne pas céder à la panique provoquée par "une peur psychologique". Dans leur réponse les journalistes ont essayé d'évoquer des problèmes concrets et sérieux qui demandent l'intervention du Chef de l'Etat, comme, entr'autres, le renouvellement du mandat du Juge Claudy Gassant dans l'affaire Jean Dominique.


- Le 10 janvier, le Président Aristide recevait au palais des représentants de toutes les organisations patronales qui lui ont remis un imposant memorandum, traçant les lignes concrètes des mesures indispensables que le gouvernement doit prendre en urgence en matière de justice, de sécurité, communications, fiscalité et dépenses (voir le rapport en annexe).


- Ce même jour, le jeudi 10 janvier, le sénateur (contesté) de l'Ouest, Dany Toussaint, a fait état, au Sénat, de la présence testifiée par des photos, de son collêgue Prince Sonson Pierre, sénateur (contesté) du Sud-Est, devant le domicile de Gérard Pierre-Charles, au Morne Hercule, au moment où, en présence de membres du Cimo et de la police, des groupes attaquaient la maison pour l'incendier et la piller. La présence du sénateur Pierre aurait, par ailleurs, été remarquée à la rue Chavannes où se trouve Radio Caraibes et au Pont-Morin où se trouvent les locaux de la Convergence et du Konakom.


- Après le départ de Robert Ménard, Guyler Delva, secrétaire général de l'Association des journalistes haitiens, a recu publiquement des menaces de mort de René Civil, et de Paul Raymond, leaders de JPP (Jan l pase li pase) et du TKL de Jean Bosco. Le 16 janvier, dans la matinée, Figaro Désir, porte-parole d'un groupe de Saint-Marc dénommé «Bale Wouze», a menacé Delva du supplice du collier s'il mettait les pieds à Saint Marc


- Le samedi 12 janvier, Micha Gaillard, en partance pour Washington, passa un mauvais moment à l'aéroport. Il semblerait qu'un groupe de "chimères" attendait là Robert Ménard pour lui régler son compte. Tandis que l'OPL annonce dans un communiqué que la vie de l'ex-sénateur Paul Denis était en danger, ayant été averti d'un complot pour attenter à sa vie.


- Le mercredi 16 janvier 2002, dans la soirée, Radio Caraïbe diffusait les commentaires de Michel Soukar, réagissant, de Montréal, à l'interruption violente de la conférence qu'il prononçait sur la situation en Haitï, par des partisans de Lafanmi Lavalass. On apprend également que la Radio Eben Ezer de Mirebalais a suspendu ses émissions de nouvelles. Les journalistes font part de menaces dont ils seraient l'objet de la part d'organisations populaires proches du pouvoir.


V. Questionnement : La Nation s’interroge «Qui croire? Que croire?»


Reprenant le commentaire de M. Himler Rebu dans son entrevue avec Vision 2000.
«Il y a eu un problème. Maintenant qu'elle est la nature de ce problème peut-être que l'on ne nous en a pas parlé…!» Ce commentaire résume en essence le questionnement qui interpelle, depuis le 17 décembre, la logique el l'imaginaire colllectif et provoque un foisonnement de questions qui demeurent, la plupart, sans réponses.
Cette interrogation porte aussi bien sur le détail des évènements, tels que communiqués dans les déclarations officielles, que sur les «non-dits», l'orchestration des représailles, le choix des présumés coupables et le conditionnement psychologique de la militance.


Concernant les auteurs présumés du "Coup"


- Combien étaient-ils, 80? 30? 25? 17?
- Qui étaient-ils ? La présence "d'étrangers" comme faisant partie du groupe des assaillants, avait été mentionnée très tôt dans la matinée du lundi. Or le cadavre identifié dans un premier temps comme "Perez", a été, par la suite, présenté comme étant celui de "Chavre Milôt" dont on ne sait rien de plus.
- De combien de véhicules disposaient-ils, 12? 5? 2?. S'ils ont été récupérés, les propriétaires ou agents de location ont-ils été identifiés?
- Comment le commando s'y est-il pris pour: entrer au Palais, en sortir et disparaître? En quoi consiste la preuve matérielle d'une prise d'assaut du Palais avec les inévitables traces d'une attaque militaire? Pourquoi y a-t-il eu des tirs nourris vers 10h am du côté du Palais.
- De quelles armes disposait le commando?
- Selon les déclarations officielles, il est certain qu'il y a une relation entre l'attaque du 28 juillet 2001 et celle du 17 décembre. Laquelle? puisque jusqu'à présent aucune enquête n'a établi les faits, fixé les responsabilités, identifié et condamné les auteurs de ce premier incident, qualifié également de " tentative de coup d'état"? L’une des preuves en serait que les armes lourdes utilisées le 17 décembre seraient les mêmes qui auraient servi lors de la première attaque. Comment est-on arrivé à cette conclusion?
- Pourquoi le silence s'est-il installé autour des morts et bléssés, tombés au cours de l'attaque? Pourquoi pas de funérailles? Que s'est-il passé exactement à Thomazeau?
- À partir de quelles preuves a-t-on procédé à l'arrestation de MM. Guy François, et Antoine Saati, qui devaient être relâchés après plus de deux semaines d'emprisonnement.? Que se passe-t-il avec Jean Dumesle et les deux policiers mis en isolement?

 
Concernant les représailles


- Les véhicules. Il y a tout d'abord le problème de l'utilisation de véhicules appartenant à diverses branches de l'administation: voitures officielles, véhicules de la CME, de la Police, de la Téléco, autobus de Service Plus, etc. Qui en a autorisé l'utilisation ?.
- Les actions entreprises. Alors que, le Président de la République, gardien des lois et des institutions, dans ses discours de l'après-midi du 17, a loué le fait que "les barricades de la paix ont été élevées dans le respect des lois et des droits de chacun les transgressions ont atteint les niveaux les plus élevés des délits inscrits au Code Pénal : meurtres, violations de la propriété privée, destructions, incendies, pillage, usage de l'autorité et des biens de l'Etat à des fins criminelles, menaces de mort…
- Les acteurs et leurs armes. Les groupes de personnes qui ont été véhiculés, comportait des civils, des jeunes gens, des enfants, alors que la Constitution spécifie que seuls des corps spécialisés de la Police peuvent avoir accès à des armes de guerre, armes "longues", automatiques. La question se pose de savoir à quel corps de police appartenaient ces personnes ?
- Comment expliquer la présence et la passivité de membres de la police et du corps de Cimo là ou l'on procédait auix incendies, pillages, destructions de maisons privées, de bibliothèques, de locaux de partis ou de Centres d'investigation, alors qu'il s'agit d'actes criminels définis et punis par les articles 346 et 361 du Code Pénal.
- La même question se pose pour les services du Ministère de la Justice concernant l'utilisation des ondes pour menacer de mort des citoyens nommément identifiés
- D'ou viennent les armes qui ont été distribuées à partir d'un pick-up au coin du Palais?
- Pourquoi des agents de sécurité ont-ils été désarmés par des groupes véhiculés?
- Pourquoi la veille, au soir, des préparatifs ont pu être notés dans certains quartiers de la capitale et aux Gonaives ?
- Comment expliquer la chute de certains systèmes téléphoniques dans les premières heures de la matinée du 17 ?
- Quel rapport existe-t-il entre les attaquants du palais et les victimes des représailles, en l'occurence, les partis politiques de l'opposition ? Comment ce rapport a-t-il été établi ?
Telles sont les questions qui attendent une réponse.
À cette demande générale, le Conseil permanent de l'OEA du 15 janvier, répond, dans l'article 4.de la résolution 806.


Résolution du Conseil permanent de l'OEA (CP/RES. 806 (1303/02) en date du 13 janvier 2002 (Original : anglais)


La situation en Haïti :
Le Conseil Permanent de l’Organisation des États Américains, profondément préoccupé par les actes de violence qui se sont produits en Haïti, notamment les événements du 28 juillet et du 17 décembre 2001, ainsi que par la situation politique, économique et sociale en voie de détérioration dans ce pays;
A décidé :
4. D'appeler le Gouvernement d'Haïti à poursuivre avec diligence ses efforts visant à rétablir un climat de sécurité propre à créer les conditions nécessaires à la reprise de négociations patronnées par l'OEA, à savoir:
a. la réalisation d'une enquête approfondie, indépendante sur les évènements liés au 17 décembre 2001 et des jours suivants;
b. la poursuite de toute personne et le licenciement, le cas échéant, de tout individu dont la complicité aura été établie dans les actes de violences perpétrés le 17 décembre 2001 et les jours suivants;
c. la réalisation d'une enquête approfondie sur tous les crimes politiquement motivés;
d. des réparations aux organisations et individus qui ont subi des dommages comme résultat direct des actes de violence du 17 décembre 2001."
En conclusion
qu’il s'agisse des jugements à porter sur les actes de ceux qui ont fait les événements du 17 décembre,
qu'il s'agisse encore des procédures appliquées ou applicables concernant la sécurité des biens, des familles, de la cité,
qu`il s`agisse même de l`identité des acteurs en scène et de leurs motivations, ou des récits offerts à différents moments et à différents niveaux, ou finalement, des sanctions à appliquer,
la journée du 17 décembre 2002 a suscité une somme de questions.


Annexe I


Presse haïtienne exil volontaire, assassinats et persécutions alarmantes


(Rapport de la Fédération de la Presse Haïtienne)


Après avoir observé un mois de deuil à la mémoire du journaliste Brignol Lindor, qui s`est manifesté par des messes d`actions de grâces en Haïti dans toutes les villes du pays, suivies par un silence calculé et une absence systématique à toutes les cérémonies officielles, les Associations de presse du Nord, du Nord-Est, du Nord-Ouest, de l`Artibonite, du Centre, de l`Ouest, du Sud, du Sud-Est et de la Grand`Anse ont décidé sur la demande de l`Association des Journalistes de Petit-Goâve, de lever la consigne de deuil ce jeudi 17 janvier 2002.
Les portes des Associations seront réouvertes à partir de cette semaine et les drapeaux de deuil enlevés. La Fédération de la presse Haïtienne profite de l`occasion pour rappeler qu`elle reste encore préoccupée par l`absence de mesures légales devant permettre d`arrêter et de punir les auteurs de l`assassinat du journaliste Brignol Lindor et faire cesser les persécutions sur la presse. Plusieurs Associations de Presse ont en ce sens adressé des lettres ouvertes au Président de la République, Monsieur Jean-Bertrand Aristide. (dont le Port-au-Prince Presse Club dirigé par Chériza Robens ou l`Ordre des journalistes du Nord dirigé par Jean Etienne).
Dans ces Correspondances, les Secrétaires généraux des organisations de presse ont souhaité, d`un commun accord, que le chef de l`Etat passe des ordres formels aux autorités concernées de son gouvernement en vue de freiner ces attaques systématiques contre la presse. Les Secrétaires Généraux des Associations de presse en mettant fin aujourd`hui à la période de deuil consacrée à la mémoire du journaliste Brignol Lindor insistent encore sur plusieurs dizaines de cas de journalistes en proie à des difficultés. La Fédération de la Presse Haïtienne a recensé plus de 40 cas des plus alarmants qu`elle estime important de signaler à l`attention des autorités concernées du secteur public et de la société civile pour que cette pénible situation cesse sans délai.
NOMS AFFILIATION STATUT REGION
BRIGNOL Lindor Radio Echo 2000 Assassiné Petit- Goâve
ARTUS Webert Radio Caraïbes En exil Port-au-Prince
CARLO St. Ristil Radio Caraïbes En exil Port-au-Prince
GASTON Janvier Radio Galaxie En exil Port-au-Prince
DESCOLINES Abel Radio Galaxie En exil Port-au-Prince
BEAUPLAN Dominique Radio Ibo En exil Port-au-Prince
JOSEPH DUC Jonathan Radio Métropole En exil Gonaïves
DIMANCHE Teschler Radio Métropole En exil Mirebalais
MAYARD Jean-Marie Radio Métropole En exil St. Marc
LÉONARD Rose Franceline Radio Métropole En exil Cayes
BELIZAIRE Gary Radio Signal FM En exil Port-au-Prince
ALEXIS Yves Clausel Radio Vision 2000 En exil Port-au-Prince
COLAS ALEXIS Gina Epouse de Yves C. Alexis En exil Cayes
DUVERNE Pharès Radio Vision 2000 En exil Port-au-Prince
DUVERNE Joseph Epouse de Phares En exil Port-au-Prince
DUVERNE Soraja Fille de Phares En exil Port-au-Prince
DUVERNE Pharès Jr. Fils de Pharès En exil Port-au-Prince
PHILOME Robert Radio Vision 2000 En exil Port-au-Prince
PHILOME Darling Robert (enceinte de 7 mois)
Epouse de Philome En exil Port-au-Prince
MIDI Pierre Richard Radio Vision 2000 En exil Port-au-Prince
JN BAPTISTE Marc Sony Radio Vision 2000 En exil Port-au-Prince
NECKER Grégoire Radio Belle-Anse En exil Port-au-Prince
PIERRE NAZON Beauliére Radio Express En exil Port-au-Prince
BELIZAIRE Tony Photographe Sous les menaces Port-au-Prince
THOMAS Pierre Richard C.P.C Sous les menaces Port-au-Prince
OCEAN Ernst Vision 2000 Sous les menaces Port-au-Prince
JEAN JOSEPH Rémy Radio Ibo Sous les menaces Mirebalais
CHARITE André Radio Eben Ezer Sous les menaces Mirebalais
ZACHARIE Nazaire Radio Metropole Sud Sous les menaces Cayes
MOLEUS Jean Elie Radio Caraïbes Sous les menaces Port-au-Prince
REED Cosogu Radio Caraïbes Sous les menaces Port-au-Prince
TREZIL Jean Samuel Radio Caraïbes Sous les menaces Port-au-Prince
JOSEPH Guyler C. Delva HNN Sous les menaces Port-au-Prince
ISRAEL Jacky Cantave Radio Caraïbes Sous les menaces Port-au-Prince
JEAN FRANCOIS Rodlin Radio Caraïbes Sous les menaces Port-au-Prince
ULRICK Justin Radio Vision 2000 Sous les menaces Petit-Goâve
SINCERE Montigène V.O.A Sous les menaces Petit-Goâve
ELYSÉE Sincère RadioHaïti Focus Sous les menaces Petit-Goâve
DÉRIVAL Claudy Radio Iphata Sous les menaces Jacmel
DESRUISSEAUX Joseph Nico Radio Thiotte Sous les menaces Thiotte
FRANTSON Raphael Radio Belle-Anse Sous les menaces Belle-Anse
WILSON Dorvil Radio Ibo Sous les menaces Port-au-Prince
NOEL Jean-Claude Radio Gonaïves Sous les menaces Gonaïves
CHERY Patrick Radio Signal FM Sous les menaces Port-au-Prince
ANTOINE Marc Adolphe Radio Tête-à-tête Sous les menaces St. Marc
GUILLOUS Jn-Marc Antoine Radio Tèt Ansanm Sous les menaces Jérémie
MATHIEU Prud`Homme Haïti Presse Blessé à coups de feu Port-au-Prince
CASIMIR Rénold Radio Univ. Plus Sauvagement Battu Port-de-Paix

En attendant que cessent les menaces et qu'une commission d'Enquête Indépendante soit instituée pour faire la lumière sur le guet-apens qui a coûté la vie au journaliste Brignol Lindor, la Fédération de la Presse Haïtienne s'en réfère aux autorités afin que des mesures d'apaisement soient adoptées, immédiatement à travers tout le pays pour le bien de la nation.
Ouest : Adyjeangardy, Président - Michelène Hilaire, Secrétaire Général de l’Association des Journalistes de Petit-Goâve; Cherizard Robens, Coordonateur de Port-au-Prince Presse Club; Evans Duval Cadet, Secrétaire Général de l`Association des Journalistes de Sante; Maryse Blathazard, Amicale des Femmes Journalistes.
NordEst : David Michel, Secrétaire Général de l'Association des Journalistes du Nord Est, Secrétaire Général de la Fédération et Jocelyn St. Hilaire Coordinateur du Centre de Presse de Trou du Nord.
Nord Ouest : Emmerlin Saintil, Secrétaire Général de l'Association des médias du Nord Ouest; Raymond Aristide, Secrétaire Général de l'Association des Journalistes du Nord Ouest.
Nord : Jean Etienne, Secrétaire Général de l'Ordre des Journalistes du Nord; Frank Joue de la Société des Journalistes du Nord;William Benard, Yves Martin Jasmin Société Capoise de Presse.
Artibonite : Justin Altidor Secrétaire Général Association des Journalistes du Haut Artibonite, René Josué, Adolphe Marc Antoine,Association des Médias de l~Artibonite, et Augustin Frantz Secrétaire Général Association des Journalistes du Bas Artibonite.
Centre : Procède Wilcède Secrétaire Général Union des Journalistes du Haut Plateau Central; Vaudré Val, Moléon Richard, Assistants
Sud-Est : Jacques Philippe Jovin Secrétaire Général de l`Association des Journalistes du Sud`Est; Renan Toussaint Secrétaire Général de l`Association des journalistesde Anse à Pitre, Francky Depestre, Jean Lesly Ambroise, Association des Médias du Sud-Est.
Sud: Ernst Eliscasr, Secrétaire Général de l`Association de Solidarité des Journalistes du Sud et Roody Balan, Secrétaire Général de l`Association des Médias du Sud.
Grand-Anse :Luckner Laguerre Secrétaire Général de l`Association du Comité de presse de la Grand-Anse.

 
ANNEXE II.-


MEMORANDUM DU SECTEUR PRIVE


Mémorandum au Président Jean Bertrand Aristide
Posté le 11 janvier 2002
C'est hors de la présence des membres de la presse que les associations patronales ont rencontré le Président Jean-Bertrand Aristide pour lui remettre le mémorandum ci-dessous, que nous publions in extenso et sans commentaires
Les associations patronales suivantes :
Chambre de Commerce et d'Industrie d'Haïti (CCIH),
Association Touristique d'Haïti (ATH),
Association Nationale des Distributeurs de Produits Pétroliers (ANADIPP),
Fondation Nouvelle Haïti (FNH),
Haitian American Chamber of Commerce (HAMCHAM),
Association des Industries d'Haïti (ADIH),
Associa

Commenter cet article