Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Haiti-Refondation.org

La Faculté des Sciences Humaines souhaite une approche plus humaine de la police

18 Novembre 2012, 05:31am

Publié par haiti-refondation-org

P-au-P, 15 nov. 2012 [AlterPresse] --- Une approche plus humaine dans les interventions policières en situation de tension ou de manifestation, c’est l’appel de Hancy Pierre, coordonnateur de la Faculté des sciences humaines, après une journée difficile vécue le 14 novembre, dans cet espace universitaire.

Pour la troisième journée consécutive, des étudiants et étudiantes ont protesté dans les rues contre l’assassinat d’un camarade, Damael D’Haïti, étudiant finissant en sciences économiques, abattu le 10 novembre par un agent de la police nationale.

Devant les locaux de la Faculté des sciences humaines, des barricades ont été érigées et la police est intervenue forçant les manifestants à se retrancher dans l’enceinte de l’établissement. Les policiers ont alors fait un usage important de gaz lacrymogène qu’ils ont lancé de manière intense à l’interieur de la faculté.

« Les agents du Corps d’intervention et de maintien de l’ordre (Cimo) se sont mis à lancer des gaz lacrymogènes sur les étudiants pour les dissuader de poursuivre leur mouvement. Ils les ont suivis jusqu’au portail de la faculté. Les agents du Cimo ont encerclé l’établissement et on fait usage de gaz pour nous asphyxier alors qu’il ne s’agit que de demander justice pour un camarade de l’Université d’Etat d’Haïti », a témoigné l’ex-coordonateur de l’Association haïtienne des étudiantes et étudiants en communication sociale (Ahecs), Fedguens Point Du Jour.

Confinés dans les locaux de la faculté sans issue de secours, personnel administratif, professeurs et étudiants ont vécu un véritable cauchemar, selon des témoignages. Plusieurs ont perdu connaissance et ont du être évacués en ambulance. L’air était irrespirable dans le voisinage couvert du nuage terrible de gaz.

« Il est inacceptable que la police bombarde de gaz toxique des zones qui sont pratiquement des impasses, ayant une seule sortie, alors qu’il y a une forte concentration d’écoles dans le secteur », s’est indigné Hancy Pierre.

« Dans les périmètres de l’Avenue Christophe, il y a des gens qui vivent, ils (les policiers) doivent avoir une approche humaine », ajoute Pierre.

« Veulent-ils faire la guerre à la population ou aux étudiants ? », s’interroge-t-il.

La manifestation a en outre perturbé le fonctionnement de plusieurs écoles provoquant une immense panique dans des salles de classes. Des élèves ont pris la fuite, laissant sur place cartables et livres ouverts sur leurs pupitres, devant des professeurs dépassés, a t-on rapporté à notre rédaction. [jep kft gp apr 15/11/ 2012 12 :00]

Commenter cet article