Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Haiti-Refondation.org

L’Etat délinquant

27 Mars 2013, 12:05pm

Publié par haiti-refondation-org

L’Etat délinquant

Sortir du gouffre !

par Marvel Dandin

Le non-respect par les 3 pouvoirs d’Etat de leurs obligations principales caractérise l’Etat délinquant dont notre pays constitue malheureusement un prototype parfait.

Lequel des 3 pouvoirs, l’Exécutif, le Législatif, le Judiciaire, peut-il prétendre le contraire ?

Ils ne sont pas uniquement dans la situation de ne pouvoir remplir leurs obligations par rapport à la communauté. Ils sont dans l’impossibilité de remplir les obligations par rapport à eux-mêmes, de sorte qu’ils ne sont des pouvoirs que de nom. L’ordre interne de chaque pouvoir n’existe pas. Chacun d’eux se comporte et évolue en dehors des normes fondamentales qui le définissent. Comment alors pourraient-ils, vu qu’ils n’existent même pas en tant qu’entités, garantir la cohésion et l’équilibre de l’ordre social, économique et politique ?

Les sociologues classent ce genre d’Etat dans la catégorie d’Etats faillis. Le concept d’entités chaotiques ingouvernables leur sied à merveille. D’où la nécessité de les placer sous tutelle afin qu’ils ne constituent pas une menace pour les pays voisins et l’ordre international.

C’est dans cette triste situation que notre pays se trouve. Et, rien ne permet d’espérer que ce soit pour une période limitée. Car, au fur et à mesure que les jours passent, on se rend compte que les responsables des 3 pouvoirs d’Etat n’aspirent aucunement à assumer leurs responsabilités.

Les autres secteurs de la société ne démontrent pas, tout aussi bien, leur capacité à assumer les leurs. Car, un pays n’est pas formé que des 3 pouvoirs. Il est aussi et surtout constitué par la communauté des citoyens. Quand ces derniers ne sont pas conscients de leur rôle, quand ils ne se prennent pas en charge, quand ils ne s’organisent pas, quand ils demeurent indifférents à l’anarchie institutionnelle instaurée par les autorités qu’ils ont eux-mêmes mis en place, quand ils renoncent à leur droit à l’indignation, ils contribuent à maintenir et à entretenir l’ordre anarchique.

L’Etat délinquant est donc le résultat de l’irresponsabilité combinée à la fois des autorités constituées et des citoyens. Une certaine dialectique les lie les uns aux autres. L’adage créole résume ainsi la situation : « si pa gen sitirè pa gen vòlè ».

Si les citoyens restent donc les bras croisés à assister aux dérives des autorités, ils deviennent ipso facto leurs complices. Le résultat final est la débâcle généralisée. L’instabilité s’érige en système. Cet ordre désarticulé génère en permanence des crises. L’insécurité à tous les niveaux (criminelle, judiciaire, environnementale) devient la norme. La barque va à la dérive. Et, c’est le sauve-qui-peut général. Le « naje pou sòti ». « Chen manje chen ». « Chak koukouy klere pou je l ».

C’est généralement le rapport de force qui prévaut dans un tel système. Et, jamais la règle de droit. Pour survivre, il faut bien souvent transgresser soi-même les règles éthiques et déontologiques qu’on croit pourtant être justes et nécessaires. Le système vous tient donc au collet et vous tire vers le bas. La situation autant que l’environnement sont délétères. On évolue dans la fange, dans la boue et le marasme.

Tous les aspects de l’existence s’en ressentent. Le « cocoratisme » des mœurs, du langage et de la culture s’impose. On devient de plus en plus laid, indésirable pour soi-même et pour les autres. Ici comme ailleurs. Haïtien devient un mauvais qualificatif dont on se sert pour désigner les comportements atypiques et négatifs. Personne ne nous respecte. On nous craint même.

Est-ce que l’on se rend compte à quel point de dégradation on est parvenu ? C’est la question à laquelle la réponse pourrait ouvrir la voie à la recherche des formules indispensables de sortie. Sortir du gouffre puant dans lequel nous nous sommes enfermés depuis plus de 2 siècles.


http://www.radiokiskeya.com

Commenter cet article