Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Haiti-Refondation.org

De violents accrochages entre forces de l’ordre, étudiants et lycéens font deux blessés par balle

15 Novembre 2012, 06:44am

Publié par haiti-refondation-org

Violents Accrochages entre policiers, étudiants et lycéens à Port-au-Prince (voir la vidéo)

 Le dossier de Macéus Pierre-Paul, l’auteur présumé du meurtre de Damaël D’Haïti, sera confié à un juge d’instruction, a annoncé le parquet de Port-au-Prince

 

 

Au lendemain de manifestations déjà agitées contre l’assassinat de l’étudiant Damaël D’Haïti attribué au policier Macéus Pierre-Paul, de violents affrontements ont opposé mardi étudiants, écoliers et forces de sécurité haïtiennes et onusiennes avec un bilan d’au moins deux blessés par balle et d’une cinquantaine de personnes tombées en syncope.

Cette journée mouvementée a coïncidé avec un arrêt de travail observé dans les différentes facultés publiques en protestation contre le décès choquant du jeune homme.

Les deux blessés, tout comme les autres les victimes, sont des lycéens touchés par des tirs ou qui ont inhalé des gaz lacrymogènes lancés massivement dans l’aire du Champ de Mars (centre de la capitale) pour tuer dans l’œuf toute tentative de rassemblement des protestataires. Des jeunes affectés et leurs parents ont accusé les agents de la CIMO et de l’UDMO, deux unités spécialisées de la Police Nationale, et de la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH) d’avoir tiré des balles en caoutchouc à hauteur d’homme.

Solidaires des étudiants qui continuaient de réclamer justice pour Damaël D’Haïti, tué samedi soir lors d’une fête d’intégration à la Faculté de droit de l’Université d’Etat, des élèves des lycées Pétion et Jean-Jacques Dessalines ont notamment rejoint le mouvement qui a tourné presqu’à la guérilla urbaine. Bombardant de pierres les positions des forces de l’ordre, ils ont, durant toute la journée, utilisé des zones stratégiques du Champ de Mars comme bases de repli afin de pouvoir résister aux grenades lacrymogènes contenant de puissants éléments chimiques qui arrivaient de partout.

Une écolière asthmatique a été secourue in extremis en situation de détresse respiratoire.

Cette montée extrême de la tension a entraîné une vive panique et paralysé les activités dans une bonne partie du centre de Port-au-Prince.

Entre-temps, le chef du parquet, Me Lucmane Délile, a fait savoir à Radio Kiskeya que le dossier de l’agent de l’APENA, Macéus Pierre-Paul, a été acheminé au cabinet d’instruction pour les suites légales nécessaires. Dans un nouvel appel au calme lancé aux étudiants en colère, le commissaire du gouvernement a souligné avoir relevé de nombreuses contradictions dans les déclarations du suspect sur sa responsabilité présumée dans le drame de la Faculté de droit.

Le pistolet dont s’est servi l’assassin pour commettre son forfait faisait toujours défaut aux investigateurs, le policier incriminé n’ayant pas été retrouvé en possession d’arme à feu au moment de son arrestation.

De son côté, le coordonnateur de la Faculté des sciences humaines, Hancy Pierre, qui a joint sa voix au concert de protestations, n’était pas encore en mesure de dire si M. Pierre-Paul fait effectivement partie de l’institution. Il a indiqué que des recherches étaient en cours en vue de déterminer son statut.

L’ensemble de la communauté universitaire, le Premier ministre Laurent Lamothe et des parlementaires ont exprimé leur indignation devant la mort de Damaël D’Haïti, 23 ans, qui était mémorant à la Faculté de droit et étudiant en agronomie à l’Université épiscopale d’Haïti. spp/Radio Kiskeya

http://radiokiskeya.com

Commenter cet article