Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Haiti-Refondation.org

CLIFFORD BRANDT : CONFESSIONS

10 Novembre 2012, 08:07am

Publié par haiti-refondation-org

IL NE SERAIT QUE LE N° 5 DE SON RÉSEAU

Brandt-AFFAIRE.jpg2.jpgL’homme d’affaires Clifford Brandt, emprisonné sous l’accusation d’avoir ordonné le kidnapping de deux enfants de Robert Moscosso, un autre membre, comme lui, de la bourgeoisie haïtienne, a fait des révélations intéressantes concernant l’opération du réseau dont il ferait partie. C’est ce qu’ont révélé des sources américaines citant des agents ayant participé à l’interrogatoire du prévenu. Ce qui coïncide avec les révélations qu’auraient faites Amaral Duclona aux autorités françaises. Selon M. Brandt, l’un des fils du président de la République ferait partie de son réseau dont il ne serait que le numéro 5.

Bien que le puissant patron, accusé de l’enlèvement contre rançon de Coralie et Nicolas Moscosso, n’ait pas encore « déballétous ses bagages », il semble avoir fait suffisamment de révélations pour diriger l’enquête dans une direction bien différente par rapport à ce que rapportent les autorités du pays. En effet, les aveux faits par M. Brandt contredisent les affirmations des responsables de la Police nationale aussi bien que des membres de l’Exécutif déclarant avoir environ une quinzaine de personnes en détention seulement, en plus de deux ou trois autres qui sont en cavale.

Dans ses révélations, Clifford Brandt a non seulement infirmé les accusations officielles faisant de lui le chef du gang dont il ferait partie, il a aussi affirmé que l’un des fils du président Martelly serait aussi membre du gang. Il prétend qu’il n’est que le numéro 5 du réseau et qu’il vient tout juste avant Olivier Martelly, qui en serait le numéro 6.

Dans sa déclaration à la presse, le secrétaire d’État à la Sécurité publique, Réginald Delva, avait révélé que M. Brandt « était le cerveau de l’un des plus grands réseaux de criminels ayant perpétré de nombreux enlèvements à travers le pays ». Dans la foulée, Delva devait également accuser le gang de Clifford Brandt d’implication dans le trafic illégal de drogue et d’armes, précisant que « les criminels avaient à leur disposition des badges de la DEA, l’agence américaine de lutte contre le trafic des stupéfiants ».

Selon des informations disponibles dans les milieux proches des agents fédéraux américains, le fils aîné des époux Martelly était identifié comme étant un « partenaire »de Clifford Brandt ; tandis que Sophia Martelly était déclarée bénéficiaire des « largesses » de l’homme d’affaires, qui était sollicité par la mère et le fils pour aider à financer leurs projets respectifs. Des sources gouvernementales avaient indiqué que Clifford Brandt faisaient des « avances » de fonds nécessaires à mettre en route les projets de Sophia et d’Olivier Martelly, qui ne pouvaient attendre le décaissement des allocations promises par des ministères.

Un autre homme d’affaires cité comme # 1

Des sources américaines désirant garder l’anonymat, car n’étant pas autorisées à divulguer de telles informations, ont identifié un autre homme d’affaire comme étant le numéro 1 du gang de Brandt. Il s’agit de Stanley Handal. Ces sources ont révélé, par ailleurs, que M. Handal avait été arrêté en 2005 sous l’accusation d’avoir concocté le kidnapping de sa propre mère. À l’époque, ont expliqué ces informateurs, le caissier d’une banque avait été également arrêté pour avoir dénoncé le montant des comptes en banque de la mère de l’intéressé. On se rappelle que lors du kidnapping des deux jeunes enfants de Moscosso, plusieurs caissiers de banque ont été aussi arrêtés. Car quand Robert Moscosso voulait négocier à la baisse le USD 2,5 millions$ de rançon exigés par les kidnappeurs de ses enfants, déclarant qu’il ne pouvait verser que 700 000$, son interlocuteur lui répondait que ses comptes en banque identifiés avaient un solde de loin supérieur au montant demandé. Stanley Handal est le propriétaire local de l’hôtel « Best Western »en construction et dont l’inauguration devait avoir lieu la semaine dernière. D’autres membres du gang identifiés En sus de Brandt (# 5), Olivier (#6) et Handal (# 1) les informateurs ont identifiés d’autres membres du gang. Selon eux, des enquêteurs du FBI déployés en Haïti depuis plus de quatre mois suivaient de près les activités de nombreuses personnes suspectées d’activités illicites. C’est pourquoi il a été possible d’appréhender les premiers membres du gang de kidnappeurs attribué à Clifford Brandt en une semaine. Selon ces mêmes sources, l’arrestation de l’homme d’affaires aurait pu se faire immédiatement, mais les agents avaient décidé de continuer à surveiller encore, pendant deux ou trois jours, ses moindres mouvements afin de ramasser le maximum de complices et d’acteurs possibles, sans toutefois mettre en danger la vie des otages. Aussi, ont expliqué le même infor mateur, une liste partielle de «complices » dont les rôles spécifiques n’ont pas été explicités a-t-il été bâtie dans l’espace d’une semaine. Selon les renseignements fournis par des sources proches des enquêteurs américains, le beau-frère du président haïtien, Kiko Saint-Rémy serait le numéro 2 de cette «confrérie ».

Tandis que Dimitri Vorbes est identifié come le numéro 3 et Reynold Deeb vient directement après lui comme numéro 4.La liste sera mise à jour au fur et à mesure, car d’autres individus faisant partie du réseau sont en passe d’être « objectivement identifiés ».On affirme encore, dans ces mêmes milieux, que des aveux faits par l’ancien chef de gang de Cité Soleil Amaral Duclona, actuellement incarcéré dans une prison française, attendant son procès pour l’assassinat de deux citoyens français, dont le consul de France au Cap-Haïtien, aurait permis aux enquêteurs sur place de remonter la filière de plusieurs gangs.

Ces derniers, qui étaient encore intacts et opérationnels, jusqu’à l’arrestation de Clifford Brandt, sont en passe d’être démantelés. Des préparatifs sont en cours afin d’entamer les arrestations, surtout qu’il y aura, dit-on, un grand nombre de personnes qu’il faudra incarcérer après leur arrestation.

L’arrêt de mort d’un agent américain

Signé par des membres de ce gang Dans le cadre de cette vaste enquête sur toutes sortes d’activités criminelles ayant cours en Haïti, les Américains ont profité de l’occasion pour résoudre de nombreux crimes perpétrés en Haïti et pour lesquels les responsabilités n’ont jamais été établies. C’est ainsi que l’assassinat d’un agent américain d’origine haïtienne perpétré au début de cette année aurait été ordonné par deux membres du réseau de Clifford Brandt. Ronald Chéry, qui se trouvait en Haïti, dans le cadre d’une « mission spéciale », fut abattu chez lui, à La Boule.
Selon le rapport dressé par les agents du FBI, les numéros 1 et 4 (Stanley Handal et Reynold Deeb) auraient ordonné l’exécution de M.Chéry.

Selon des informations venant des agents américains, d’autres gangs rivaux mènent les mêmes activités criminelles que celui dont fait partie Clifford Brandt. C’est pourquoi vu le pourcentage de gens suspectés d’être impliqués dans l’industrie du crime, en Haïti, il a été décidé d’envoyer de nouveaux enquêteurs. D’où l’arrivée, dit-on, de quelque six autres agents.

Voyage occulte de Martelly en Floride

Absent du pays durant plus de quatre jours, le président Martelly a effectué un voyage occulte en Floride. Les demandes d’explication concernant son déplacement et les motifs de son absence du pays n’ont jamais eu de réponse satisfaisante. Pourtant à son retour au pays, dimanche après-midi, M. Martelly est rentré chez lui sur la pointe des pieds, sans jamais faire de déclaration à la presse ou en privé.

Toutefois, des rumeurs persistantes font état de la convocation d’Olivier Olivier-M.jpgMartelly par les autorités américaines et que le président haïtien avait fait le déplacement pour accompagner son fils. Mais, chose bizarre, des sources proches des procureurs fédéraux, à Miami, ont indiqué que le président haïtien n’a pas été l’objet de la courtoisie généralement réservée aux chefs d’État. Car, fait-on remarquer, « ses effets ont été fouillés » à son débarquement à Miami. Tout compte fait, nonobstant l’impression que tout va bien chez Madame la Marquise que l’équipe Martelly-Lamothe cherche à donner, un véritable tsunami menace d’annihiler l’univers politique du musicien-président.

Source: Haiti Observateur 7-14 Novembre 2012

Commenter cet article