Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Haiti-Refondation.org

Jovenel Moïse, « petit paysan qui réussit », nouveau président haïtien

23 Novembre 2016, 12:32pm

Publié par haiti-refondation-org

Jovenel Moïse, « petit paysan qui réussit », nouveau président haïtien

Présidentielle en Haïti: Jovenel Moïse donné vainqueur dès le premier tour

 

Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s'unir pour relever le pays.

Par Amélie BARON

Avec près de 400 000 voix d'avance sur Jude Célestin, la victoire de Jovenel Moïse est plus large que lors du premier tour de scrutin organisé l'an dernier mais annulée par la suite en raison de fraudes massives. Quelques minutes après l'annonce de ces résultats préliminaires, le candidat du PHTK a appelé à l'union nationale pour relever le pays.

« Je fais un appel à la jeunesse du pays, à tous les Haïtiens qui habitent à l'étranger, à tous les professionnels du pays, de s'engager à mes côtés pour mettre le pays debout, car Haïti est à genoux », a déclaré le nouveau président d'Haïti, Jovenel Moïse, depuis un hôtel de luxe de Port-au-Prince, la capitale haïtienne, quelques minutes après l'annonce des résultats.

55,67% des voix dès le premier tour

Le candidat choisi par l'ex-chef de l'État Michel Martelly pour représenter son parti PHTK (Parti haïtien Tet kale), a remporté l'élection présidentielle du 20 novembre 2016 au premier tour avec 55,67 % des voix, selon l'annonce faite lundi par les membres du Conseil électoral provisoire (CEP).

Jude Célestin, du parti Lapeh, arrive deuxième avec 19,52 % des suffrages, tandis que Moïse-Jean Charles engrange 11,04 % des votes et Maryse Narcisse, candidate de Fanmi Lavalas, 8,99 %, selon Uder Antoine, un haut responsable du Conseil électoral provisoire (CEP).

A 48 ans, Jovenel Moïse signe avec cette élection le début de sa carrière politique. Entrepreneur agricole, il n'est apparu sur la scène politique haïtienne qu'au printemps 2015, quand Michel Martelly l'a choisi pour représenter son parti PHTK. Conscient des contestations à venir de ses concurrents, Jovenel Moïse a appelé les 26 autres candidats en lice dans cette élection à travailler avec lui.

Source : http://www.rfi.fr/ameriques

Jovenel Moïse, « petit paysan qui réussit », nouveau président haïtien

 

Par Jean-Michel CAROIT

Le Monde |

Le candidat du Parti haïtien Tèt Kale a été élu dès le premier tour avec 55,67 % des suffrages.

Jovenel Moïse, le candidat du Parti haïtien Tèt Kale (PHTK), a été élu au premier tour de l’élection présidentielle avec 55,67 % des suffrages, selon les résultats préliminaires rendus publics, lundi 28 novembre, par le Conseil électoral provisoire (CEP). L’ingénieur Jude Célestin, de la Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation haïtienne (Lapeh), est arrivé loin derrière avec 19,52 %, suivi de l’ancien sénateur Moïse Jean-Charles (11 %) et de Maryse Narcisse, la candidate de Fanmi Lavalas, le parti fondé par l’ancien président Jean-Bertrand Aristide, créditée de 8,99 % des suffrages.

Né en 1968 à Trou-du-Nord, Jovenel Moïse se présente comme « un petit paysan qui réussit ». Il était inconnu sur la scène politique lorsque Michel Martelly l’a choisi comme dauphin. Ce producteur de bananes est à la tête d’une plantation de mille hectares. Il veut relancer le secteur de l’agriculture, en créant dix zones de production pour l’exportation, et reconstituer l’armée, dissoute en 1995 par Jean-Bertrand Aristide. Bénéficiant de l’appui de la plupart des familles riches de l’oligarchie haïtienne et du soutien discret d’entreprises de la République dominicaine voisine, Jovenel Moïse a disposé de moyens financiers beaucoup plus importants que ses compétiteurs. Selon Pierre Espérance, militant des droits de l’homme, Jovenel Moïse a dépensé plus en publicité que les vingt-six autres candidats réunis. « Le retard pris par le processus électoral a permis à Jovenel de se détacher du clan corrompu de Martelly et de ne plus apparaître comme la créature de l’ancien président », analysait Réginald Boulos, l’une des figures les plus en vue du monde des affaires.

Le scrutin pour élire un nouveau président et compléter le Sénat et la Chambre des députés s’est déroulé dans le calme, dimanche 20 novembre. Les organisations de la société civile, qui avaient déployé plus de 4 000 observateurs sur tout le territoire, ont estimé que le taux de participation se situait entre 21 % et 23 %. Contrairement à ce qu’on pouvait craindre, les électeurs des régions du sud d’Haïti, dévastées par l’ouragan Matthew un mois et demi avant le scrutin, ont voté davantage que dans le reste du pays.

« Coup d’État électoral »

La tension est montée au cours des vingt-quatre dernières heures dans l’attente des résultats. Des tirs d’armes automatiques ont résonné tôt, lundi matin, dans les quartiers populaires de Belair, de Solino et de Delmas, à Port-au-Prince, la capitale. Une barricade de pneus enflammés a interrompu la circulation sur une artère fréquentée.

Venus des quartiers les plus ­pauvres de Port-au-Prince, des partisans de Maryse Narcisse ont manifesté en début de semaine, dénonçant « un coup d’Etat électoral » en préparation. Rudy Hérivaux, le porte-parole du PHTK, le parti fondé par l’ancien président Michel Martelly, avait proclamé la victoire de Jovenel Moïse, violant la règle interdisant aux partis d’annoncer des résultats avant le CEP.

Le président par intérim, Jocelerme Privert, a lancé un appel au calme lundi, quelques heures avant la publication des résultats. « Le recours à des actes de violence ne peut que gâcher les fruits de cette belle journée que nous avons tous construite le 20 novembre », a déclaré le président.

« Le pays vit des moments dramatiques, il a besoin de l’apaisement social, du calme, de la sérénité et de la tranquillité, a ajouté M. Privert. Nous ne pouvons pas compromettre la stabilité politique que nous avons instaurée depuis neuf mois. » Le premier ministre Enex Jean-Charles a pour sa part demandé aux autorités policières et judiciaires de renforcer les mesures pour garantir la sécurité.

Un premier scrutin présidentiel organisé le 25 octobre 2015 avec le soutien financier de la communauté internationale avait été annulé en raison de « fraudes massives », selon le rapport d’une commission d’enquête. Les résultats qui avaient alors été annoncés plaçaient déjà Jovenel Moïse en tête avec 32,76 % des suffrages contre 25,29 % à Jude Célestin.

Jean-Michel CAROIT

Journaliste au Monde

Source : http://www.lemonde.fr/ameriques/

COMPTE-RENDU DES RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES PAR LE CEP

Jovenel Moïse, « petit paysan qui réussit », nouveau président haïtien

Selon ces résultats préliminaires, publiés par le Cep Avec 55.67% des voix, Jovenel Moïse du Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK) arriverait en tête

1,252 procès-verbaux (soit 10.44%) ont été mis à l’écart, sur un total de 11,988), pour non conformité, selon les chiffres officiels du Conseil électoral provisoire (Cep), à la conférence de presse, à son siège social de Pétionville, dans la soirée de ce lundi 28 novembre 2016.

Jovenel Moïse du Parti Haïtien Tèt Kale (Phtk de Joseph Michel Martelly) réalise 595,430 voix, soit 55.67 % des suffrages, selon les résultats préliminaires, de la présidentielle du dimanche 20 novembre 2016, rendus publics, très tard (vers10:45 pm locales = 3:45 gmt le mardi 29 novembre 2016), dans la soirée de ce lundi 28 novembre 2016, par le Conseil électoral provisoire (Cep).

Jude Célestin, de la Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation haïtienne (Lapeh), arrive en deuxième position avec 208,835 voix, soit 19.52 % des suffrages.

Une phase de contentieux, sur ces résultats préliminaires du 28 novembre 2016, sera ouverte pour adresser les contestations des candidats, qui se sentent lésés.

Si la phase de contentieux ne change pas les résultats préliminaires, Jovenel Moïse sera proclamé président élu, dès le premier tour de la présidentielle en Haïti.

Après Jovenel Moïse et Jude Célestin, arrivent en 3e, 4e et 5e positions, dans la présidentielle du 20 novembre 2016, respectivement : Jean-Charles Moïse de la plateforme Pitit Dessalines avec 118,142 votes, soit 11.04 % des suffrages ; Maryse Narcisse du parti politique Fanmi Lavalas avec 96,121 votes, soit 8.99 % des suffrages, et Jean Henry Céant de Renmen Ayiti avec 8,075 votes, soit 0.75 % des suffrages exprimés.

Les résultats préliminaires de la présidentielle du dimanche 20 novembre 2016, rendus publics dans la soirée de ce lundi 28 novembre 2016, ont été signés par six (6) conseillers électoraux sur neuf (9) : le président Léopold Berlanger (représentant de la presse), le vice-président Carlos Hercule (représentant de l’église catholique romaine), la secrétaire générale Marie Frantz Joachim (représentante du secteur des femmes), le trésorier Frinel Joseph (représentant de l’église protestante), le conseiller Lucien Bernard (représentant de l’Université), la conseillère Marie Hérolle Michel (représentante du secteur privé des affaires).

Les trois conseillers électoraux, qui n’ont pas paraphé le document (les résultats préliminaires de la présidentielle du 20 novembre 2016 en Haïti), sont Josette Dorcély (syndicats), Jean Simon Saint-Hubert (droits humains) et Kenson Polynice (paysan / vodou).

Aucune explication n’a été fournie sur l’absence des signatures de ces trois conseillers électoraux, au bas du document (les résultats préliminaires de la présidentielle du 20 novembre 2016 en Haïti).

« Ce ne sont pas des résultats définitifs, ce sont des résultats préliminaires. Les partis politiques et les candidats peuvent faire valoir leurs droits », rappelle Berlanger.

Aussi, le taux de participation dans les scrutins du 20 novembre 2016 est-il estimé à 21% de l’électorat.

Les résultats préliminaires des scrutins de la présidentielle, qui seront publiés ce lundi 28 novembre 2016 par le Cep, ne doivent point, en aucune façon, servir de prétextes à des troubles, voire d’actes de violence, avait mis en garde le président provisoire Jocelerme Privert.

Lors d’un point de presse, ce 28 novembre 2016, Privert a souligné combien la paix et la stabilité sont indispensables, pour la création de meilleures conditions de vie pour les Haïtiennes et Haïtiens.

Le premier ministre, Enex Jean-Charles, a, lui aussi, demandé aux autorités policières et judiciaires de prendre toutes les mesures nécessaires, pour assurer la sécurité des vies et des biens de tous, à l’issue de la session spéciale du Conseil supérieur de la police nationale (Cspn), tenue le même jour (lundi 28 novembre 2016).

Une situation tendue a régné, notamment, dans plusieurs quartiers populaires de la zone métropolitaine de Port-au-Prince, à quelques heures de la publication des résultats préliminaires de la présidentielle du 20 novembre 2016.

Des tirs sporadiques ont été entendus, tôt dans la matinée et dans la soirée du lundi 28 novembre 2016, dans plusieurs quartiers populaires de la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince.

En dépit d’une mise en garde des autorités étatiques, les partisans du parti politique Fanmi lavalas ont manifesté, ce 28 novembre 2016, pour dénoncer ce qu’ils appellent un « coup d’État électoral », sans attendre la publication des résultats préliminaires des élections (présidentielle et législatives partielles) du dimanche 20 novembre 2016 en Haïti.

Source : http://www.alterpresse.org

Commenter cet article