Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
 Haiti-Refondation.org

Dialogue: Un accord pour limiter les dégâts

, 22:59pm

Publié par haiti-refondation-org

Dialogue: Un accord pour limiter les dégâts

Un accord pour limiter les dégâts

Le Nouvelliste | Publié le : 14 mars 2014

Après plusieurs semaines de discussions houleuses, de mécontentement, de méfiance, de rapprochement et de suspension des débats, l’exécutif, le Parlement et les partis politiques ont paraphé vendredi l’accord résultant du dialogue interhaïtien sous la médiation de la Conférence épiscopale d’Haïti. L’amendement de la loi électorale, la dénomination de Conseil électoral provisoire en lieu et place de Collège transitoire du Conseil électoral permanent et la publication par le président de la République de toutes les lois votées par le Parlement et qui jaunissent dans les tiroirs des bureaux du palais national sont pour la plupart les points sur lesquels les trois secteurs ont su trouver un terrain d’entente. Cet accord, qui n’a aucune importance aux yeux des partis politiques hostiles à l’équipe au pouvoir, peut être considéré comme une bouée de sauvetage pour l’Eglise catholique, qui s’était donnée corps et âme dans ce processus, en remplacement de Religions pour la paix.

Si cet accord ne peut en aucun cas produire les effets escomptés en raison, d’une part, de l’absence des partis politiques de l’opposition parmi les acteurs et, d’autre part, du tâtonnement des acteurs dans le déroulement des débats qui donnait l’impression d’un scénario, il va quand même contribuer à créer le culte du dialogue au sein de notre culture politique qui est toujours caractérisée par la violence.

Dans un sens comme dans l’autre, Michel Martelly va se sentir renforcé. Les actions du Mopod et de Fanmi Lavalas ne pourront plus être suivies avec la même détermination comme auparavant. Les appels à la démission de l’équipe au pouvoir auront moins d’effet après la signature de l’accord. L’accent mis par les acteurs sur l’organisation des prochaines compétitions électorales pour la fin du mois d’octobre de cette année va quand même créer une certaine dynamique permettant au président de la République de rester au pouvoir sans inquiétude si aucun événement majeur ne vient perturber la conjoncture politique. Sur le plan de la gouvernance, ce dialogue interhaïtien a montré les limites de l’administration Martelly. Pourquoi le président devait-il attendre le dialogue pour publier la liste des conseillers élus de la Cour supérieure des comptes par le Sénat ? Pourquoi Michel Martelly ne publie pas dans le journal Le Moniteur les lois votées par le corps législatif lorsqu’il n’a pas d’objection ?

Martelly peut réussir là où d’autres chefs d’Etat ont échoué. Aura-t-il l’intelligence de rester à l’écart du processus électoral, ce noeud gordien pendant ces vingt dernières années, en laissant le Conseil électoral organiser les différentes opérations sans aucune forme d’ingérence ? L’organisation des élections législatives sera le premier test des partis politiques pour savoir si Martelly peut se cantonner dans les limites fixées par la Constitution afin de laisser le Conseil électoral provisoire organiser les différents scrutins en toute indépendance.

La balle n’est-elle pas dans le camp de Michel Martelly ?

Lemoine Bonneau lbonneau@lenouvelliste.com

http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/articleprint/128630.html